Burkina Faso: Chorégraphie - Bientôt un nouveau studio pour le CDC la termitière

28 Juillet 2020

C'est un second studio de danse qui va agrandir le dispositif du CDC. Cette salle servira essentiellement à la transmission et à la pédagogie. Ainsi donc, les étudiants pourront apprendre la danse et l'art chorégraphique.

C'est une salle qui va contenir entre 40 et 50 étudiants. Selon Salia Sanou, le Directeur du centre, ce joyau permettra au CDC de jouer son rôle de lieu de résidence, de formation, de création etc. D'un coût global d'environ 16 millions de francs CFA, les travaux s'effectueront sur une durée de six mois.

"Ce studio vient compléter les 7 espaces qui existent déjà dans le centre et sera équipé à l'image d'un amphithéâtre pour faire du CDC la termitière, une cité internationale de la danse et des arts vivants", fait remarquer M. Sanou.

Complexe culturel fonctionnel bâti sur une superficie de 4500m2, le CDC vit effectivement comme une termitière où des créateurs et professionnels des arts du spectacles, danseurs, comédiens, chorégraphes, scénographes, musiciens, cinéastes, vidéastes, administrateurs, producteurs du monde entier fourmillent lors des rencontres, des résidences et des représentations pour inventer, fabriquer et proposer des œuvres et des techniques artistiques ou défricher, transmettre et établir de nouvelles méthodes de développement de la place de l'art chorégraphique et de la culture dans la cité.

Malheureusement, son mythique Théâtre populaire (théâtre de verdure de 2000 places ) qui a vu le jour en 2006, est aujourd'hui dans un état délabré.

Salia Sanou profite donc de cette visite du premier responsable de la culture pour l'interpeller sur la nécessité de rénover cet espace qui a fait les beaux jours de la culture burkinabè.

Très écœuré par l'état des lieux, Abdoul Karim Sango s'est montré attentif et a promis faire dans la mesure de son possible, un plaidoyer pour redonner vie à cet espace.

Plus de: Fasozine

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.