Soudan: Le FNC de l'Université de Khartoum discute la constitution et la réforme politique

Khartoum, 28 Juillet (SUNA) Le Forum de l'Université de Khartoum pour la construction nationale et la transition démocratique a débattu aujourd'hui l'axe de la réforme constitutionnelle et politique et la purification de l'espace public général durant sa séance de clôture pour la discussion des recommandations du forum et les résultats.

La session a été assistée par un certain nombre de membres du Conseil Souverain, des ministres, des leaders des forces régulières et des partis politiques, des forces de la jeunesse, des forces de la lutte armée, les organisations de la société civile et des experts universitaires.

Le doyen de la faculté de droit de l'Université de Khartoum, Dr Mohamed Abdul Salam, a passé en revue les questions les plus importantes de la réforme constitutionnelle et politique, qui a inclus le processus d'élaboration de la constitution, soulignant que l'instabilité constitutionnelle dans le pays (constitutions temporaires) et le faible du respect la suprématie de la loi en plus des coups d'État militaires répétés et de son impact sur la stabilité des constitutions, soulignant l'importance de lier le processus de paix compréhensive avec le processus d'élaboration de la constitution et la création d'une commission constitutionnelle indépendante.

Il a indiqué que les questions controversées les plus importantes abordées concernaient les principes relatifs au constitutionnalisme, les systèmes de gouvernance au Soudan, la relation entre l'État et la religion et la protection constitutionnelle.

Concernant le document des droits et libertés, il a affirmé l'importance de clarifier les relations des accords internationaux avec la constitution du pays et les législations nationales, et d'assurer la protection des droits par la Cour constitutionnelle et de garantir son indépendance.

Le doyen de la faculté de droit d'Université de Khartoum a abordé l'importance de la réforme juridique des institutions militaires et la comptabilité de ses anciennes violations, soulignant la nécessité de réformer les lois de la fonction publique et les lois des institutions des partis.

Il a évoqué l'accord sur la formation d'une commission pour la réforme juridique et la révision de la méthodologie de réforme législative moyennant la commission, soulignant l'accord sur la nécessité d'accélérer le consensus sur la formation du Conseil législatif pour remédier au déséquilibre structurel dans le processus de la promulgation de la législation et le soutien de l'indépendance de l'autorité judiciaire.

Concernant les préparations des élections, il a indiqué l'existence d'intersections avec le processus de paix et l'enregistrement des partis politiques par les forces signataires, la nécessité du retour et la stabilité des déplacés et des réfugiés, l'importance du débat sur la loi électorale, le lien entre le processus de paix et l'enregistrement des partis et le retour volontaire avec la préparation des élections.

Il a évoqué la définition des critères de création de l'environnement politique et juridique permettant la libre compétition conduisant à des élections équitables, et leur lien avec la réforme de la sécurité, la réforme des institutions de sécurité, l'indépendance de l'autorité judiciaire, l'ouverture des médias à l'information en plus de la réforme institutionnelle dans toutes les institutions de l'État (commissions, Conseil législatif, etc.) et la nécessité de revoir le registre civil sous la lumière des violations de l'octroi de la citoyenneté pour évaluer s'il est possible d'adopter registre civil comme base pour l'inscription des électeurs, avec l'importance de sensibiliser les civils à travers les médias, les organisations de la société civile et les forces politiques, et de donner de temps suffisants aux mouvements armés pour établir leurs institutions.

Plus de: SNA

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.