Afrique: Le HCR dresse un tableau terrifiant des exactions subies sur les routes de l'exil

Des migrants dans un centre de détention dans les faubourgs de Tripoli en Libye, en février 2017.

Le Haut-Commissariat aux réfugiés publie ce mercredi 29 juillet un nouveau rapport sur les risques encourus par les migrants d'Afrique subsaharienne en route vers l'Europe. Plus de 16 000 entretiens ont permis d'identifier précisément les exactions subies par les migrants.

Pour les migrants, la route de la Libye est un chemin de croix. Morts violentes, abus sexuels, détentions arbitraires, trafic d'êtres humains... Le rapport est une liste de maltraitances.

Les migrants interrogés ont été témoins de plus de 2 000 décès sur leur chemin. Deux tiers sont directement liés à des activités criminelles.

Un migrant sur cinq a subi des violences physiques, comme des actes de torture. Les auteurs font partie des forces de sécurité dans près de la moitié des incidents rapportés.

L'étude recense également plus de 6 000 victimes de violences sexuelles, des crimes commis par les passeurs dans 3/4 des cas. Surtout en Afrique du Nord.

Le rapport dresse ainsi une carte des exactions : la frontière entre le Niger et la Libye est le point de passage le plus dangereux avec un millier d'incidents rapportés. Autre lieu à risques : la côte ouest libyenne de Bani Walid à Tripoli, point de départ des migrants.

Le HCR appelle donc à protéger ces personnes vulnérables et à combattre les réseaux de trafiquants.

Pour les acteurs humanitaires, c'est très difficile. On peut s'occuper des victimes mais on peut pas mettre fin aux abus si les Etats ne s'engagent pas de manière plus cohérente, avec un peu moins de mots et de bruit dans les conférences internationales mais un peu plus d'actions contre ces trafiquants.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.