Congo-Kinshasa: Culpac - Joséphine Lisika lance son programme de salubrité publique à Kinshasa

Promue à la dignité d'ambassadrice et servante pour la paix du Culpac, Joséphine Lisika Eseko a démarré sa campagne d'actions humanitaires pour la salubrité dans les communes de Ngiri-Ngiri, Selembao, Bumbu et Kasavubu.

L'ambassadrice et servante universelle pour la paix du Conseil universel pour la paix des nations et des continents (Culpac), Joséphine Lisika Eseko, a, au cours d'une cérémonie sobre et solennelle le samedi 25 juillet à la maison communale de Ngiri-Ngiri, à Kinshasa, lancé officiellement sa campagne de sensibilisation, de mobilisation et d'actions humanitaires dans l'optique de la salubrité publique. Il est question de soutenir l'initiative « Kin Bopeto » du gouverneur de la ville de Kinshasa, Gentiny Ngobila, en harmonie avec la vision du chef de l'Etat, Félix Antoine Tshisekedi.

Dans son mot de circonstance, Joséphine Lisika Eseko s'est dite heureuse de se mettre finalement à la tâche qu'elle s'est assignée. Elle a remercié le gouverneur Gentiny Ngobila pour avoir autorisé sa rencontre avec les autorités municipales de la commune de Ngiri-Ngiri qui ont facilité la réalisation de son programme de sensibilisation pour la salubrité publique. « Comme recommander par le Culpac, ma mission est humanitaire et apolitique pour promouvoir et renforcer la paix ainsi que la salubrité publique en soutenant à la base la vision du président de la République, Félix Antoine Tshisekedi, pour Kin Bopeto, appliqué favorablement par le gouverneur de la ville de Kinshasa. Ma mission est orientée pour quatre communes, à savoir Ngiri-Ngiri, Kasa-Vubu, Selembao et Bumbu », a déclaré Josephine Lisika Eseko. Et d'ajouter : « Vous conviendrez avec moi que nous avons tous besoin de la paix pour la tranquillité et le développement de notre pays, ainsi que des villes propres pour nous protéger contre les maladies telles que la typhoïde, la malaria, la covid-19, et aussi exterminer les moustiques causant plusieurs autres maladies. Aussi, je compte sur votre soutien, tant soit peu moral et matériel pour l'exécution de ce programme humanitaire sur la paix et la salubrité publique ».

Prenant la parole, le directeur général du Culpac, Daniel Santu Biko, a rappelé que le lancement de cette campagne pour la salubrité publique intervient après l'élévation de cette femme d'affaires à la dignité d'ambassadrice et servante universelle pour la paix le 14 juin, et la remise des symboles de son statut d'ambassadrice le 4 juillet. Il a souligné que l'axe de lancement de cette campagne de Joséphine Lisika est la paix, la promotion de l'Etat de droit à travers la promotion des droits de l'homme afin que la jeunesse s'imprègne effectivement de la réalité de l'Etat de droit. « Le pays ne peut se redresser et se développer que par la paix et le respect des droits de l'homme et cela nous emmène à nous préoccuper de la salubrité par l'assainissement de l'environnement à Kinshasa. Et cette femme bienveillante s'est engagée dans cette campagne noble d'assainir l'environnement, avec le soutien total du Culpac. La volonté doit être commune, ce n'est pas seulement l'Etat qui a des devoirs envers les citoyens, mais aussi chaque citoyen à des devoirs envers son pays », a indiqué le directeur général du Culpac.

Le bourgmestre adjoint de la commune de Ngiri-Ngiri, Benjamin Bonioma Iselonge, a, pour sa part, garanti du soutien de la municipalité à ce programme. « La commune de Ngiri-Ngiri est disposée à apporter son aide pour l'avancement du projet. Nous devons être des responsables afin d'être des exemples pour les jeunes. Si le taux de violence a grimpé, c'est parce que ces jeunes n'ont plus de modèles », a-t-il dit en substance. Et s'adressant à l'ambassadrice et servante universelle pour la paix du Culpac, Benjamin Bonioma a signifié : « Vous avez été choisie et nous allons apporter notre soutien pour cette initiative de salubrité publique dans notre commune ».

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.