Madagascar: Diplomatie - La France met les bouchées doubles

L'ambassadeur français Christophe Bouchard est sur tous les fronts ces derniers temps. Il rattrape le temps perdu.

Je t'aime moi non plus. Entre la France et Madagascar, les relations sont en dents de scie depuis l'année dernière.

Ces derniers jours l'ambassadeur français à Antananarivo Christophe Bouchard multiplie les sorties. Hier il était venu remettre du matériel informatique à la gendarmerie au Toby Ratsimandrava en marge de la remise d'une décoration à un officier de la gendarmerie française arrivé au terme de sa mission à Madagascar. Le 23 juillet il a remis quatorze respirateurs à l'hôpital d'Ampefiloha.

Le don a été remis au ministre de la Santé Ahmad Ahmad dont la place au sein du gouvernement a été secouée par un communiqué officiel l'accusant de conduite cavalière à propos d'une requête d'appui en matériel envoyée aux partenaires internationaux et publiée dans les réseaux sociaux. Coïncidence ou pas, certains y voyaient un soutien indirect au ministre de la Santé alors que beaucoup s'attendaient à son départ de gre ou de force à en juger le caractère agressif du communiqué.

Le ministre a été maintenu à son poste et aucune suite n'a été donnée au communiqué. Mieux, Ahmad Ahmad semble avoir bombé le torse au cours d'un point de presse où il a mis les points sur les i devant les journalistes interdits de poser des questions. On aurait pu reporter la cérémonie pour éviter tout quiproquo étant donné les circonstances. Le diplomate français semble avoir manqué de jugeote dans cette affaire.

Coopération bilatérale

À travers tous ces gestes, la France semble vouloir montrer qu'il reste le premier partenaire de Madagascar en coopération bilatérale et multilatérale. La visite de JeanYves Le Drian en début d'année assortie d'un chèque de 240 millions d'euros l'a rappelé au souvenir de ceux qui ont la mémoire courte.

Aujourd'hui Christophe Bouchard est attendu à la mairie d'Antananarivo pour une autre remise de dons. Le diplomate français a visiblement la bougeotte après avoir été l'objet d'une convocation au ministère des Affaires étrangères le 18 mai suite à la déclaration du président Macron de créer une réserve naturelle nationale sur l'archipel des Glorieuses qui fait partie des îles naturellement malgaches objet du contentieux entre les deux pays.

Le 14 juillet à l'occasion de la fête nationale française, Christophe Bouchard a tenu à arrondir les angles à propos des îles éparses et à rappeler « le lien fait de confrérie et de respect mutuel entre les deux pays ». Le ministre des Affaires étrangères Alain Jacob Tehindrazanarivelo lui a répondu que « ... cette France, comprend la cause qui est la nôtre depuis 1973, c'est la cause de notre liberté totale, de notre indépendance complète, gage d'une relation définitivement apaisée ». Depuis Christophe Bouchard a concrétisé son discours par des actions sur le terrain. Mais entre les intentions et la réalité, il y a loin de la coupe aux lèvres.

La France a classé Madagascar parmi les seize pays dont les relations aériennes restent suspendues à cause de la propagation de la Covid-19 alors que les statistiques sont encore loin de celles des pays comme les États-Unis, l'Iran, l'Algérie, l'Afrique du Sud... Une décision souveraine comme l'a déclaré le Premier ministre Christian Ntsay dimanche à la TVM, mais faut-il rappeler que c'est Madagascar qui a fermé ses frontières vu l'extension de la pandémie et n'a pas encore l'intention de les rouvrir.

De son côté Madagascar aurait refusé, selon une chaîne de télévision française, la venue d'un contingent de médecins français pour soutenir la lutte contre le coronavirus.

Depuis l'annonce faite à Paris en mai 2019 par les deux présidents Rajoelina et Macron à propos du règlement de l'imbroglio des îles éparses avant le 26 juin de cette année, les relations malgaches connaissent des hauts et des bats. Emmanuel Macron a sonné la charge le premier en visitant par surprise l'archipel les Glorieuses déclarant, un rien provocateur « Ici c'est la France ».

Malgré la mise en place d'une commission mixte fin 2019 pour boucler le dossier îles éparses, la venue cette année de Jean-Yves Le Drian, ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, une tension latente reste perceptible surtout après la déclaration faite par le président Andry Rajoelina sur une chaîne française réclamant la restitution pure et simple des il éparses.

La France tente de détendre l'atmosphère avec des petits gestes d'attention par ci par là tout en mettant les bouchées doubles. Attendre et voir.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.