Sénégal: Tapage nocturne - Une prostituée et son client arrêtés

28 Juillet 2020

En désaccord sur le montant de la passe, S. Dibo, travailleuse du sexe et son client K. Kouyaté en sont venus aux mains et ont fait un boucan qui a dérangé le voisinage à Liberté 1. Alertés, les éléments de la brigade de recherches du commissariat de Dieuppeul les ont interpellés pour coups et blessures volontaires et réciproques (Cbvr) et tapage nocturne.

Le 14 juillet dernier, après une journée de travail, K. Kouyaté, né en 1986 et menuisier ébéniste domicilié à Sicap Liberté 1, s'est rendu dans une auberge sise à Dieuppeul pour boire du... café. Au bar, il a été approché par S. Dibo qui lui a proposé une partie de galipettes. Il a décliné l'offre. La belle de nuit ne s'est pas avouée vaincue et a engagé la conversation.

Pour ne pas la vexer, il lui a offert un café. Au fil de la discussion, elle insiste pour l'accompagner chez lui. Kouyaté lui fait savoir qu'il ne dispose que de 6000 FCfa, mais peut lui offrir les 5000 FCfa.

Une remise d'argent sans contrepartie, insiste-t-il devant les enquêteurs. Il a eu pitié d'elle et a voulu lui donner un coup de main parce qu'elle lui a parlé de ses difficultés pour faire face aux préparatifs de la Tabaski.

Lorsqu'ils sont arrivés chez lui, poursuit Kouyaté, il lui a tendu un billet de 5000 FCfa, elle s'est mise à crier, a cassé une bouteille et l'a menacé avec un tesson. Ses cris ont réveillé les locataires. À la question des limiers de savoir pourquoi il s'est déplacé de Liberté 1 à Dieuppeul juste pour du café, Kouyaté a répondu par un silence.

Selon la version de S. Dibo, âgée de 22 ans, Kouyaté l'a trouvée devant le bar et lui a proposé deux passes. Ils se sont entendus pour 20 000 FCfa. Puisque le client n'avait pas les moyens de louer une chambre, elle a accepté qu'ils aillent chez lui, à charge pour Kouyaté de s'occuper du prix du trajet en taxi.

En route, Kouyaté lui a demandé si elle disposait d'un compte Orange money. Elle a répondu par la négative et a ajouté que même si c'était le cas, il doit payer cash et non par transfert d'argent. Pour éviter les histoires, elle lui a suggéré d'envoyer les 20 000 FCfa au chauffeur qu'elle connaît.

Finalement, Kouyaté a changé d'avis et a renoncé au transfert, préférant payer avec la somme gardée chez lui, selon ses dires. Quand ils sont arrivés dans la chambre, il lui a dit de se déshabiller, elle a réclamé ses sous.

Kouyaté lui a dit de s'en aller, elle a insisté pour avoir ses 20 000 FCfa parce qu'elle ne se déplace pas pour rien. Il a cassé une bouteille et l'a menacé avec un tesson. Selon le voisinage de son «client indélicat», Kouyaté est coutumier du fait.

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.