Niger: La blogueuse Samira Sabou a été libérée

La journaliste et blogueuse nigérienne Samira Sabou

La journaliste blogueuse Samira Sabou est désormais libre. Elle a été libérée mardi 28 juillet par la justice nigérienne qui a estimé que les infractions de diffamation ne sont pas constituées. Samira Sabou était poursuivie en diffamation par le fils du président Mahamadou Issoufou.

La journaliste blogueuse Samira Sabou a regagné son domicile au crépuscule mardi, après quelque cinquante jours en détention à la prison civile de Niamey, rapporte notre correspondant à Niamey, Moussa Kaka.

Très émue, elle a pris la parole pour remercier tous ceux qui l'ont soutenue. « Cette victoire n'est pas la mienne mais celle de tous ceux qui sont épris de justice et qui se sont engagés sachant que cette loi qur la cybercriminalité qui m'a frappée a des incohérences ». A ses côtés son époux a remercié la justice nigérienne de ne pas avoir pris parti et d'avoir libéré Samira.

L'association des blogueurs nigériens était également présente à la sortie de prison de Samira Sabou. Cette libération nous réconforte nous explique l'un de ses membres « parce qu'on sait que Samira et nous tous, les blogueurs, nous sommes très engagés à défendre les libertés. Ca nous encourage davantage à mener notre combat. »

Samira Sabou, journaliste et blogueuse, gère le site d'information Mides-Niger. Présidente de l'Association des blogueurs pour la citoyenneté active (ABCA), elle est la première victime de la loi sur la diffamation par voie électronique.

Samira Sabou était visée par une plainte pour diffamation déposée par Sani Mahamadou Issoufou, le fils et directeur adjoint du cabinet du président nigérien Mahamadou Issoufou. Il reprochait à la journaliste de l'avoir injustement mis en cause dans l'affaire des surfacturations et des faux contrats au ministère de la Défense. Samira Sabou a été jugée à la mi-juillet devant le tribunal de grande instance hors classe de Niamey. Le procureur avait alors requis un mois et une semaine de prison.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.