Cote d'Ivoire: Mme Bobi Assa Emilienne - « Nous sommes disposés à accompagner le président Bédié jusqu'à la victoire »

interview

A la fin, de la convention éclatée du PDCI-RDA dans le département de Gagnoa, nous avons interrogé la vice-présidente Bobi Assa Emilienne qui se prononce sur la candidature du président Henri Konan Bédié.

Madame la vice-présidente, vous venez de présider la convention locale dans le département de Gagnoa. A la fin de vos travaux, vous avez annoncé des résultats. Quelles sont vos premières impressions ?

Je dirai que je suis satisfaite du résultat que nous avons annoncé. Nous sommes à Gagnoa, chez le Secrétaire exécutif en chef du PDCI-RDA.

C'est-à-dire le collaborateur direct du président du parti. Alors qu'il y a des gens qui pensent que le président Bédié ne doit plus être candidat parce que, selon eux, être âgé est un crime de lèse-majesté.

Ils ignorent que c'est une grâce de Dieu et que cela s'accompagne de sagesse, d'expérience au plan politique, administratif. Alors, que ces gens-là racontent ce qu'ils veulent. Par ces résultats, les militants viennent de plébisciter le président Henri Konan Bédié à Gagnoa.

Madame, que peut-on retenir de cette convention ?

Ce que nous devons retenir de cette convention, c'est que les militants ne voient que le président Henri Konan Bédié comme candidat du PDCI-RDA aux prochaines élections présidentielles. Parce qu'il n'y a que lui qui peut sortir la Côte d'Ivoire de la situation où elle se trouve.

Vous-mêmes, vous êtes Ivoirien et vous constatez que la Côte d'Ivoire d'aujourd'hui n'est plus celle que vous avez connue sous le président Félix Houphouet-Boigny, sous le président Henri Konan Bédié.

Il faut donc que notre pays se restaure et il n'y a que le président Henri Konan Bédié, avec comme nous disions, son expérience au plan politique administratif, diplomatique et aussi même dans la vie de tous les jours, qui puisse "ressusciter" la Côte d'Ivoire, excusez-moi d'utiliser cette expression.

Que répondez-vous donc à ceux qui disent que le président Henri Konan Bédié veut revenir pour se venger ?

Se venger de quoi et de qui ? Ceux qui disent que le président Bédié veut revenir au pouvoir pour se venger ne connaissent pas le monsieur qui s'appelle Henri Konan Bédié.

Ils ne le connaissent pas. Qu'ils l'observent et qu'ils regardent ce qui va se passer quand il reprendra le pouvoir, parce que moi, je suis persuadée qu'il reviendra au pouvoir.

Madame, peut-on savoir la position du PDCI-RDA par rapport à l'éventualité d'une candidature du président Ouattara ?

On n'en veut pas !!! En tout cas, moi personnellement, je n'en veux pas.

Et pourquoi ?

Je n'en veux pas personnellement parce que nous avons une Constitution. La Côte d'Ivoire, comme l'avait dit le Secrétaire Exécutif en chef du PDCI-RDA, n'est pas le campement de quelqu'un.

La Côte d'Ivoire est plutôt une République. Et dans une République, on vote des lois et la Constitution est la mère des lois.

Cette Constitution n'autorise pas le président Ouattara à briguer un troisième mandat. Il faut bien que les gens le comprennent. C'est vrai qu'ils sont en difficulté, mais cela ne doit pas anéantir les dispositions de notre Constitution.

Justement, un cadre du RHDP qui dit, parlant de la Constitution, que tout le monde l'a votée, tout le monde était d'accord que tous les anciens présidents pouvaient se représenter dont le président Ouattara et le président Bédié. Et donc si le président Bédié se présente, le président Ouattara peut aussi se présenter ?

Dites à ce cadre du RHDP qu'il fait une mauvaise lecture de notre Constitution. Dites-lui de relire l'article 183.

Qui dit quoi : L'article 183 dit que toutes les dispositions qui n'ont pas été modifiées dans la nouvelle mouture restent valables.

Donc l'article 55 de la Constitution de 2000 est encore valable. Le candidat à la présidence de la République de Côte d'Ivoire ne peut briguer plus de deux mandats. En tout cas, vous pouvez vous même le vérifier.

Dans votre discours de clôture de la convention, vous avez parlé d'engagement des militants. Peut-on savoir vis-à-vis de qui les militants du PDCI doivent prendre cet engagement ?

Cet engagement que nous avons demandé aux militants doit être pour eux vis-à-vis du président Bédié. Parce que c'est nous, militants qui sommes allés vers le président Bédié pour lui demander d'être candidat.

Bien sûr, toutes les structures du parti étaient représentées dans cette délégation qui était allée demander cela au président Bédié. Et à ce propos, le président Bédié lui-même a tenu à ce qu'il y ait des votes.

Et aujourd'hui, à travers cette convention éclatée, tous les responsables à la base comme les hauts dignitaires du parti prennent l'engagement de s'approprier ce que la délégation était allée lui demander. Nous sommes donc disposés à l'accompagner jusqu'à la victoire.

Cet engagement est certes vis-à-vis du président Bédié, mais aussi vis-à-vis des populations, qui, chaque jour, pleurent. Quand nous rencontrons des gens, ce sont des gémissements de souffrance.

Il faut que cela change. Nous, en tant que cadres du parti, nous avons fait ce que nous devrions faire pour que ces populations qui pleurent aujourd'hui, puissent bénéficier des retombées de notre action.

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Le Nouveau Réveil

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.