Congo-Kinshasa: Contrôle des masques - La police passe à l'action à Kinshasa

29 Juillet 2020

Comme annoncé par le Commissaire provincial de la Police /ville de Kinshasa le Général, Sylvano Kitenge Kasongo, il s'est observé hier mardi 28 juillet 2020 un important dispositif des policiers à travers les places publiques de Kinshasa pour faire respecter les mesures barrières, particulièrement le port obligatoire et correct des masques dans le cadre de la lutte contre la propagation de la pandémie à coronavirus. Un contrôle qui ne concerne pas seulement les individus mais aussi les maisons commerciales et les entreprises pour l'observation des gestes barrières.

Les agents de l'ordre étaient présents pour ce faire sur les grandes places de la capitale, notamment le boulevard du 30 juin, Kintambo magasin, Rond point Huileries, Rond point Moulaert, Super Lemba, ainsi de suite pour la Tshangu considérée comme bastion populaire de la capitale.

On a également signalé des interpellations et des arrestations en grand nombre, comme l'avait prévenu le Général Sylvano kasongo. La plupart étaient conduits dans les commissariats et sous-commissariats de la police pour le paiement d'une amende de 5000 Francs congolais tel que fixé par l'autorité urbaine auprès des agents de la Direction Générale des Recettes de Kinshasa (DGRK), avant d'être relâché.

Selon un agent de l'ordre interrogé à ce sujet, il était temps de passer à la vitesse supérieure étant donné que la population continuait à fouler aux pieds les mesures préventives édictées par les autorités. « Nous avions constaté un relâchement total dans la mise en application des mesures barrières à Kinshasa, alors que nous frôlons la catastrophe avec la montée des cas testés positifs. Ainsi donc, nous veillons au respect des recommandations des autorités, surtout en ce qui concerne le port obligatoire convenable des masques puisque c'est celui-là qui pose vraiment problème à Kinshasa.

Porter correctement le masque veut dire se couvrir le menton, la bouche et le nez. La levée de l'état d'urgence ne veut pas dire la fin de la pandémie comme le croient certaines personnes. Sinon, nous risquons de vivre ce qui se passe dans d'autres pays avec l'explosion des cas suite au non respect des mesures barrières », a-t-il expliqué.

Dans la commune de Gombe par exemple, la mesure est en partie respectée même s'il fait à tout moment rappeler à l'ordre certains compatriotes, explique un autre policier. Avant d'indiquer qu'il faut intensifier également des opérations de sensibilisation pédagogique auprès des habitants.

Dans un centre commercial situé sur le Boulevard du 30 juin, non loin du Cimetière de la Gombe, des clients sont presque tous au courant de la mesure et la grande majorité porte naturellement le masque à l'intérieur, même s'il faut quand-même faire un rappel parfois, témoigne un vigile commis à la sécurité de l'établissement.

«Pourtant, je suis une des premières à prôner le port du masque, mais je dois admettre que ça indispose des fois. C'est vrai que c'est compliqué de le garder mais je n'ai pas le choix ! Dès que le vigile ou le policier me rappelle à l'ordre, je le mets tout de suite et je m'excuse », témoigne Mlle Françoise interpellée à l'entrée du centre commercial.

Un tout autre scenario a été observé dans la commune de Bumbu, précisément au croisement des avenues Shaba et Mafuta. Un couple interpellé pour non respect du port de masque a catégoriquement refusé de se soumettre à l'ordre donné par le policier, celui de l'amener au commissariat le plus proche pour le paiement de l'amende.

La situation a dégénéré jusqu'à en venir aux violences verbales, attirant ainsi une foule nombreuse des curieux venus assister à la scène inhabituelle. Finalement, il a fallu l'intervention d'autres policiers pour enfin contraindre le couple à se soumettre à la loi.

Comme on peut le constater, il s'avère donc important de multiplier des campagnes de sensibilisation avec des messages de prévention à travers le pays, afin de faire comprendre à la population le danger que représente la pandémie de coronavirus, laquelle a déjà causé la mort de plus de 200 personnes en RDC.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Le Phare

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.