Congo-Kinshasa: E.S.U. - Les professeurs de l'UNIKIN sur les traces des députés nationaux

29 Juillet 2020

L'annonce de la reprise des activités académiques par un communiqué du ministère de l'Enseignement Supérieur et Universitaire (ESU) pour le 03 août prochain dans tous les établissements d'enseignement de ce secteur se trouve déjà piégée par une menace de débrayages. A peine cette date de reprise post-crise Covid-19 fixée et annoncée, les professeurs de l'Université de Kinshasa (UNIKIN) sont montés au créneau hier mardi 28 juillet 2020, pour prévenir, dans un communiqué, qu'ils reprenaient leur grève suspendue le 19 mars 2020 par l'état d'urgence provoqué par la crise de la Covid-19.

Ils sont déterminés, avant cette reprise des cours, à obtenir une augmentation conséquente de salaire pour eux et leurs collaborateurs. Ils conditionnent ainsi la reprise des activités académiques au sein de l'UNIKIN par la satisfaction des revendications ci-après : l'amélioration des conditions de vie et de travail du professeur et de ses collaborateurs ; le paiement d'un salaire minimum d'au moins 5.000 USD pour un «Professeur Associé» ; la mécanisation des nouveaux docteurs à thèse, chefs de travaux, assistants et autres personnels et la suspension de l'IPR ( Impôt Personnel sur le Revenu) sur un salaire de misère. Les observateurs notent que les formateurs de l'élite de demain sont simplement sur les traces des députés nationaux, qui avaient exigé, malgré cette crise, 2.000 USD supplémentaires par députés et par mois.

Réunis au sein de deux associations, à savoir « Dynamique des professeurs de l'UNIKIN » et « Collectif du personnel de l'ESU », les professeurs expliquent s'être déjà adressés à deux reprises - en date du 15 et du 29 juin 2020 - aux autorités du pays, de la Présidence au ministère de l'ESU, au sujet de l'amélioration des conditions de vie et de travail du personnel académique, scientifique, administratif, technique ouvrier de l'ESU. Malheureusement, un calme plat, un « silence silencieux » a suivi ces initiatives auprès de la hiérarchie. C'est ainsi qu'ils reviennent à la charge à cette occasion.

A cause de la Covid-19, il est difficile d'espérer des majorations des salaires en 2020

Les revendications pour l'obtention des majorations des salaires restent nettement perceptibles au niveau du secteur éducatif, particulièrement au niveau de l'ESU comme le prouvent les réclamations des Professeurs de l'UNIKIN. Heureusement pour eux, ils ont un avantage, celui d'œuvrer dans un secteur étatique et, malgré qu'ils viennent de traverser plus de quatre mois de congé forcé à la maison, donc d'inactivité totale, le Gouvernement a tenu à leur verser leurs salaires chaque mois. Ce qui n'est pas le cas pour nombre de leurs collègues prestant dans des établissements d'enseignement supérieur privés. En outre, cet arrêt de travail n'était pas seulement académique, mais concernait tous les secteurs de l'économie nationale et internationale, pourvoyeurs de recettes, créateurs de richesses. Une contrainte qui a laissé l'économie nationale sur le pavé. Et toute revendication salariale se doit d'en tenir compte durant cette année 2020, d'autant plus qu'on prévoit de réduire le Budget 2020 de moitié.

Cette situation exige de tous Congolais une dose importante de patriotisme pour mettre momentanément au frigo des revendications syndicales sur leurs conditions socio-professionnelles. Un rapide regard sur les économies mondiales "après Covid-19" des pays développés, indique que plusieurs gouvernements ont dégagé d'importants moyens financiers pour aider les économies à se relever, tellement le choc était rude pour tous. Quelques exemples : aux Etats-Unis d'Amérique, 3.000 milliards USD sont mis en jeu, tandis que dans l'Union Européenne (U.E.), cette enveloppe est de 2.000 milliards d'euros. Des montants colossaux que notre pays, la RDC, ne peut espérer posséder en ce moment, malgré ses potentielles richesses. Tout intellectuel peut facilement comprendre cette incapacité et aider les autres secteurs à le comprendre aussi. SAKAZ

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Le Phare

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.