Maroc: Spécial 21 ans de règne

Béni Mellal-Khénifra : Un développement soutenu et constant

La région de Béni Mellal-Khénifra a connu une cadence soutenue et accélérée de son développement, grâce au lancement de plusieurs chantiers de grande envergure dans divers domaines et qui auront, sans nul doute, des retombées positives sur la vie quotidienne et le bien-être des Mellalis.

Les habitants de la région de Béni Mellal-Khénifra célèbrent ainsi, cette année, la Glorieuse Fête du Trône tout en étant convaincus des efforts colossaux consentis pour la mise à niveau de cette région, ainsi que des initiatives multiples entreprises pour le développement de son secteur agricole en particulier, compte tenu des énormes potentialités agricoles dont regorge la plaine de Tadla.

Ainsi la région a connu un développement, tous azimuts, conformément à l'essor d'un nouveau modèle de développement et dans le cadre du renforcement du processus de mise en œuvre de la régionalisation avancée et de la restructuration complète des programmes et politiques publics pour assurer une vie décente aux citoyens.

L'agriculture est, ainsi, devenue une locomotive de croissance, en ce sens qu'elle contribue de manière significative au tissu économique national, surtout, en ce qui concerne les principales filières végétales et animales, avec une contribution de l'ordre de 30% pour certaines semences, de 28% pour les betteraves sucrières, de 20% pour les agrumes, de 15% pour les oliviers et de 16% pour les produits laitiers en plus de 14% pour la viande rouge.

Dans ce sens, et dans le cadre du Plan agricole régional (PAR), 102 projets ont été mis en œuvre dans le cadre du Plan Maroc Vert (PMV) pour un montant global de 5,7 milliards de DH, en plus de la plantation de 47 mille hectares, dont 30 mille ha d'oliviers et la construction de 48 unités pour la valorisation et la généralisation de l'utilisation de semences sélectionnées et la mécanisation de la chaîne agricole dans la région.

Cette importante dynamique agricole dans la région, après dix ans seulement du lancement du PAR, s'explique par les importants efforts consentis par la Direction régionale de l'agriculture (DRA) pour la mise sur pied de ces projets.

Suivant cette dynamique, le comité régional de Béni Mellal-Khénifra a approuvé, au cours de l'année écoulée, 14 projets pour un investissement total de 695 millions de DH, concernant plusieurs secteurs dont les services (6 projets), le secteur du tourisme avec deux projets, le secteur de la santé avec trois projets, et les secteurs de l'enseignement privé, de l'industrie alimentaire et du logement avec un projet chacun.

Au volet des infrastructures sanitaires, un protocole d'accord pour le renforcement et la réhabilitation des infrastructures de santé dans la région de Béni Mellal-Khénifra, pour un montant global de plus de 900 millions de DH, a été scellé entre plusieurs parties, dans l'optique de renforcer et de promouvoir un système régional de santé intégré, résilient et répondant au souci d'accessibilité aux soins.

Ce protocole d'accord, qui couvre la période 2020-2024 porte sur la construction et l'équipement d'un hôpital rattaché au Centre hospitalier régional de Béni Mellal, d'une capacité de 250 lits et pour la construction du Centre hospitalier provincial d'Azilal d'une capacité de 120 lits. Il prévoit aussi la construction et l'équipement d'un hôpital régional pour les maladies mentales et psychiatriques de 120 lits à Béni Mellal, la construction d'un Institut supérieur des professions infirmières et techniques de santé dans la province, outre la construction et l'équipement d'un Centre régional de rééducation dans la ville.

La région qui continue de vivre au rythme de ses projets structurants a également connu la signature de quatre conventions de partenariat dans le domaine de l'éducation et de la formation professionnelle, d'un montant global de plus de 2,2 milliards de dirhams. La première convention concerne le programme à moyen terme relatif à l'amélioration de l'offre éducative dans la région, signée entre le ministère de l'Education nationale, de la Formation professionnelle, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, le conseil de la région de Béni Mellal-Khénifra, la Wilaya de la région ainsi que l'Académie régionale de l'éducation et de la formation (AREF) de Béni Mellal-Khénifra, pour un montant global de plus de 1,7 MMDH.

La deuxième convention a été signée entre le conseil de la région de Béni Mellal-Khénifra et l'Office de la formation professionnelle et de la promotion du travail (OFPPT) pour un montant global de 340 millions de dirhams (MDH) et à travers laquelle, les parties s'engagent à créer la Cité des métiers et des compétences. Le but étant d'offrir une place de choix à la région dans le domaine de la formation professionnelle, à travers la mise en place de cette Cité dédiée à des métiers de nouvelle génération, multipolaires et interdisciplinaires.

La troisième convention a été conclue entre la Wilaya de la région, l'Université Sultan Moulay Slimane et le conseil provincial d'Azilal, pour un coût de 100 MDH en vue de la création, dans la province d'Azilal, d'un noyau universitaire multidisciplinaire qui permettra aux élèves de cette province de poursuivre leurs études supérieures sans être contraints d'aller dans d'autres villes.

Quant à la 4ème convention de partenariat, elle a été conclue entre le ministère de tutelle, le Groupe OCP, le conseil municipal de la ville de Fkih Ben Salah, le conseil régional de Béni Mellal- Khénifra et l'Université Sultan Moulay Slimane, d'un montant de 80 MDH pour la construction de l'Ecole supérieure de technologie (EST). La création de cette école offrira une pluralité de disciplines universitaires et de spécialités aux habitants de la ville et des régions avoisinantes.

Ces conventions qui témoignent de l'intérêt particulier accordé par le Royaume au secteur de la formation et de l'éducation, s'inscrivent dans le cadre de la concrétisation d'un partenariat nouveau, pour soutenir les secteurs de l'éducation et de formation professionnelle dans l'ensemble des régions du Maroc.

Parmi les projets les plus structurants de la région, figure, également, le projet phare relatif à l'autoroute Marrakech-El Kelaâ des Sraghna-Béni Mellal-Khénifra d'une enveloppe budgétaire d'environ 12 milliards de DH et qui est de nature à renforcer les infrastructures et le tourisme dans la région.

Un autre projet structurant est celui signé par le conseil de la région qui a récemment approuvé un contrat-programme avec l'Etat pour la mise en œuvre des projets prioritaires du programme de développement régional 2020-2022, d'une valeur totale de plus de 7,9 milliards de DH englobant pour la première fois de l'histoire de la région, la création d'un Centre hospitalier universitaire (CHU) et d'une faculté de médecine dans la région. Le but étant de développer l'offre de santé au niveau de cette partie du territoire national.

Des projets lancés à Tata à l'occasion de la fête du Trône

Des projets de développement ont été inaugurés ou lancés, lundi à Tata, à l'occasion de la célébration du 21è anniversaire de la fête du Trône.

Dans ce cadre, le wali de la région de Souss-Massa, gouverneur de la préfecture d'Agadir-Ida Outanane, Ahmed Hajji, et le gouverneur de la province de Tata, Salah Eddine Amal ont lancé les travaux de construction et d'aménagement de la première tranche du service des urgences relevant de l'hôpital provincial de Tata, pour un montant global de 12,16 MDH.

Edifiée sur une superficie de 908 m2, cette nouvelle infrastructure permettra de rapprocher les prestations sanitaires des citoyens et leur éviter de se déplacer vers d'autres régions.

Dans le même cadre, le wali et la délégation l'accompagnant ont procédé au lancement des travaux d'élargissement et de qualification du service actuel des urgences et de ses deux laboratoires, pour une enveloppe budgétaire de 3.500.000 DH.

A la même occasion, deux projets d'investissement, lancés par des jeunes avec le soutien de l'INDH, ont été inaugurés. Le premier est un projet de fabrication de décors et œuvres d'art qui a nécessité une enveloppe de 205.000 DH dont 143.500 DH comme contribution de l'INDH.

Le deuxième projet est un restaurant moderne réalisé pour un coût global de 270.000 DH, dont la contribution de l'INDH s'élève à 189.000 DH.

Les responsables se sont informés, aussi, de l'état d'avancement du projet de lutte contre le danger des inondations pour un chiffre global de 4 MDH, ainsi que d'un projet sur la protection d'Agadir Ouzrou contre les inondations pour un investissement de 4,68 MDH. Ils ont pris connaissance d'un projet pour la protection de la commune de Foum Zguid contre les inondations pour un montant global de 17,97 MDH et un autre axé sur la lutte contre les inondations au niveau des douars de Kasbat Sidi Abdellah Ben Mbarek (12,19 MDH).

Le wali et la délégation l'accompagnant se sont enquis de l'état d'avancement des travaux du projet d'assainissement liquide des quartiers relevant de la commune de Tata (56 MDH) et ont suivi une présentation sur les données techniques relatives à un projet d'approvisionnement en électricité solaire de douars aux communes de Takmout et Takzmirt pour un montant de 4.200.000 DH.

Oriental : Le processus de développement sur les bons rails

Le lancement, fin juin dernier, des travaux de construction de la Cité des métiers et des compétences (CMC) de l'Oriental, est un évènement révélateur de l'importance accordée à l'élément humain en tant que pilier essentiel du processus de développement que connaît la région. L'Oriental, cette terre pleine de potentialités dont les habitants célèbrent la Fête du Trône en suivant attentivement le rythme des réalisations en cours, comme le nouveau port Nador West Med, l'aménagement de la lagune de Marchica et les différents projets visant à améliorer la connectivité de la région. Toute une dynamique de développement basée sur les projets structurants qui devra, dans quelques années, changer le visage de la région et permettre un décollage économique qui en fera une des locomotives du Maroc.

Dans cette optique, il faut préparer l'élément humain et les cadres et professionnels de l'avenir. La CMC de l'Oriental, qui sera basée à Nador, vient répondre à cette demande et opérer un saut qualitatif et quantitatif à la formation professionnelle et la promotion des compétences, sans oublier le rôle joué dans ce sens par les différents établissements relevant de l'Université Mohammed Premier.

Dotée d'un investissement global de 360 millions de dirhams (MDH), dont une contribution de la région de l'Oriental de 90 MDH, la Cité s'étalera sur un terrain de 12 hectares et accueillera 2.920 stagiaires par an, leur offrant la possibilité de se former dans 8 secteurs, avec un choix de 74 filières, dont 58% correspondant à de nouvelles spécialités, selon les données de l'OFPPT.

Les infrastructures de la Cité se composent d'espaces pédagogiques et de vie, avec des structures communes, utilisées par les stagiaires des différentes spécialités (Centre de langues et soft skills, Career center, Espace de coworking, FabLab, Digital factory, Incubateur, Médiathèque, ... ) ainsi que 8 pôles sectoriels, dédiés à l'apprentissage des métiers, à savoir les pôles industrie, gestion et commerce digital et offshoring, tourisme et hôtellerie avec un hôtel pédagogique, agriculture, Santé avec une unité de soins réels, BTP et services à la personne et à la communauté.

Ce projet s'inscrit dans le cadre du programme des Cités des métiers et des compétences qui prévoit la réalisation de 12 CMC au niveau des différentes régions du Royaume. Sur un autre plan, mais toujours dans la même logique de réunir les conditions d'un décollage économique et social durable, le début de l'année 2020 a été marqué par l'annonce des projets prévus pour la région de l'Oriental dans le cadre du Plan national d'approvisionnement en eau potable et en eau d'irrigation 2020-2027, dont la convention-cadre a été signée le 13 janvier devant SM le Roi Mohammed VI. Pour la région de l'Oriental, ce plan prévoit, entre autres, une enveloppe de 3 milliards de dirhams (MMDH) pour la construction de grands barrages, dont Targa Ou Madi (province de Guercif, pour une capacité de 287 millions de m3), Machraâ Safsaf (province de Berkane, 600 millions de m3) et Beni Aziman (province de Driouch, 45 millions de m3), en plus du projet de surélévation du barrage Mohammed V (province de Nador), qui permettra d'augmenter à près de 1 milliard de mètres cubes la capacité de retenue de cette infrastructure contre 240 millions de m3 actuellement.La dynamique de développement de l'Oriental se dote donc de bases solides, à même d'assurer la durabilité et l'efficacité des projets actuels et futurs de cette région, vouée à un avenir très prometteur compte tenu de son potentiel naturel et humain riche et diversifié. Parallèlement, les différentes provinces de la région accompagnent cet essor à travers des projets d'aménagement urbain, de restauration et de valorisation du patrimoine culturel et de mise à niveau du tissu économique et social, sans oublier le désenclavement du monde rural, avec une contribution remarquée du Conseil de la région.

La machine est en marche pour permettre à l'Oriental de se hisser, conformément aux Hautes orientations Royales visant un développement intégré de cette région, à une place de choix parmi les régions du Maroc.

Le sport, un secteur stratégique pour le développement du Maroc sous le règne de SM le Roi Mohammed VI

Le sport national s'est imposé, grâce aux nombreux chantiers lancés à l'initiative de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, comme un des secteurs stratégiques contribuant à la dynamique de développement du Royaume.

Le règne de SM le Roi a été marqué par l'élaboration d'une véritable feuille de route visant à valoriser la chose sportive à différents niveaux, en s'appuyant sur les Hautes orientations du Souverain contenues notamment dans les messages adressés aux participants aux différents forums continentaux et internationaux organisés au Maroc et à l'étranger.

C'est ainsi que la lettre adressée par SM le Roi Mohammed VI aux participants aux deuxièmes Assises nationales du sport à Skhirat (octobre 2008) a souligné la nécessité de consacrer la pratique sportive comme un des droits fondamentaux de l'Homme et d'y faciliter l'accès aux hommes et aux femmes de toutes les franges de la société.

En phase avec l'esprit de la lettre Royale, le ministère de la Jeunesse et des Sports a élaboré une stratégie ambitieuse à même d'impulser le sport national dans le but de répondre aux attentes, à travers la Vision prospective 2020 visant à faire du Royaume une terre par excellence de sport et une pépinière de champions.

Le sport représente un axe essentiel dans les différents plans et programmes du gouvernement, ce qui reflète clairement la ferme détermination du Souverain à octroyer au sport une place de choix et un rôle fondamental à la fois dans la vie des citoyens et au service de la nation.

D'autant que le sport, qui bénéficie de l'appui du gouvernement, des collectivités locales et des différents acteurs socioéconomiques, constitue désormais un important levier économique et un terrain fertile pour les investissements et la création d'emplois, en plus de son rôle actif dans le rayonnement du Maroc sur la scène internationale.

La Haute sollicitude de SM le Roi est notamment illustrée par le lancement et l'inauguration par le Souverain de nombreuses infrastructures sportives, l'établissement d'une feuille de route pour la promotion du secteur du sport et de la jeunesse tournée résolument vers la mobilisation des moyens financiers, la qualification de l'élément humain et la réalisation d'infrastructures omnisports et de centres socio-sportifs de proximité.

Autre manifestation de la volonté de SM le Roi Mohammed VI de fournir un espace optimal pour une pratique sportive saine est l'inauguration en décembre 2019 du Centre national de football de Maâmoura après sa rénovation et sa réhabilitation. Le Souverain a, par ailleurs, bien voulu baptiser cet édifice sportif de son Auguste Nom "Complexe Mohammed VI de football".

Structure intégrée dédiée à la performance et au développement d'une pratique footballistique de haut niveau, ce complexe, réalisé par la Fédération Royale marocaine de football, traduit la Haute sollicitude dont le Souverain n'a eu de cesse d'entourer le sport et la jeunesse et Sa volonté d'assurer aux professionnels du football national toutes les conditions de réussite et de succès pour qu'ils puissent représenter leur pays comme il se doit.

C'est également sous le règne de SM le Roi Mohammed VI que fut constitutionnalisé, pour la première fois dans l'histoire du Royaume, le droit au sport comme un des droits fondamentaux de l'Homme.

Ainsi, la Constitution de 2011 a consacré le sport en tant que droit fondamental et a défini le rôle et la responsabilité de l'Etat et des institutions publiques et des collectivités territoriales dans l'encadrement de la pratique sportive.

Et afin de moderniser le cadre juridique du sport national, mettre en œuvre une réforme globale et adapter l'arsenal juridique du sport à l'évolution des lois sportives au niveau international, les décrets d'application de la nouvelle loi n° 30-09 relative à l'éducation physique et aux sports ont été publiés permettant ainsi de s'aligner sur les meilleures pratiques en vigueur.

Comme indiqué dans le préambule de cette loi, le développement du sport est le premier jalon dans le processus d'édification d'une société démocratique et moderne, processus qui constitue l'un des grands projets de société engagés par Sa Majesté Mohammed VI depuis son accession au Trône de Ses glorieux ancêtres.

Le sport revêt une importance essentielle pour toute société aspirant à répandre les valeurs de patriotisme, de citoyenneté, de solidarité et de tolérance. Il constitue à ce titre un levier de développement humain et d'épanouissement de toute personne, un élément important de l'éducation et de la culture et un facteur déterminant de santé publique.

Les chutes du Niagara et la tour CN aux couleurs du drapeau marocain

Les chutes du Niagara et la tour du Canadien national (CN Tower) seront illuminées vendredi aux couleurs du drapeau marocain à l'occasion de la célébration du 21ème anniversaire de l'accession au Trône de S.M le Roi Mohammed VI.

Ces évènements sont organisés à l'initiative de l'ambassade du Royaume au Canada, du Consulat général du Maroc à Montréal, de l'Association marocaine de Toronto et de l'Association de la communauté juive marocaine de Toronto.

"Les chutes de Niagara Falls et la CN Tower seront illuminées avec les couleurs du Royaume vendredi 31 juillet à 22 heures", indiquent les organisateurs dans un communiqué. Les deux évènements peuvent être suivis en direct sur les liens suivants: Chutes Niagara: https://www.cliftonhill.com/niagara-falls/livecam, CN Tower: https://www.cntower.ca/en-ca/home.html#earthcams

Faisant partie des plus puissantes chutes d'eau au monde, les célèbres chutes du Niagara forment une frontière naturelle entre le Canada et les Etats-Unis. Située dans le centre de Toronto, la Tour CN offre un superbe panorama du haut de ses 553,33 m qui attire chaque année près de 1,5 million de visiteurs.

Casablanca-Settat: Forte dynamique et grands projets structurants

La région de Casablanca-Settat, qui connaît une forte dynamique tous azimuts, poursuit la réalisation de grands projets structurants dans différents domaines, pour la relance du dévelopement local, et constitue, à juste titre, le coeur battant du pays.

En commémoration de la glorieuse Fête du Trône, la région, qui dispose d'atouts spécifiques, contribue amplement au renforcement du développement dans différents domaines, dont la santé, l'agriculture, les infrastructures et la culture.

La région, qui compte le taux démographique le plus élevé au niveau national, n'aurait pas pu accéder au leadership si elle ne disposait pas de grandes potentialités, notamment pour ce qui est des ressources humaines dynamiques et qualifiées. Il y a lieu de citer, dans le cas présent, un mémorandum publié en mai dernier par le Haut-Commissariat au plan (HCP) indiquant que 5 régions du Maroc comptent 72% de l'ensemble de la population active âgée de 15 ans et plus, au niveau national, la région de Casablanca-Settat étant en tête avec 22,7%.

L'élément humain qualifié, outre les opportunités locales, constituent la clé de voûte pour drainer davantage d'investissement en matière d'industrie aéronautique et automobile.

Tout récemment, dans le contexte du Covid-19, la région est apparue comme principal producteur d'équipements médicaux dont les masques de protection et les ventilateurs artificiels, 100 % marocains, vu qu'un ensemble d'unités industrielles se sont rapidement converties à cette production ayant permis au Maroc de réaliser son autosuffissance et de parvenir à les exporter vers des pays européens et les offrir à des pays africains. La région a également renforcé les unités d'accueil des patients, à travers la mise en place d'hôpitaux de campagne, en tant que mesure préventive pour faire face à toute éventualité.

Dans le domaine de l'agriculture, la région poursuit ses réalisations matérialisées par une importante production de légumes et de fruits couvrant les quatre saisons de l'année, destinée aux différentes zones de la région et aux unités agro-alimentaires.

En matière d'élevage du cheptel, et à l'approche de l'Aïd Al Adha, les opportunités de la région ont refait surface, la direction régionale d'agriculture ayant annoncé récemment que le nombre de têtes de bétail devrait atteindre dans la région de Casablanca-Settat quelque 1.450.000 têtes d'ovins et de caprins dont environ 60% de race Sardi, principalement dans les provinces de Settat et Berrechid.

Le cheptel au niveau de cette région est réparti en 560.000 têtes à Settat, 210.000 têtes à Berrechid, 250.000 têtes à Benslimane, 200 000 têtes à Sidi Bennour, 165.000 têtes à El Jadida, 3.000 têtes à Casablanca, 70.000 têtes à Médiouna-Nouaceur, et 15.000 têtes à Mohammedia.

En outre, suite aux répercussions du déficit pluviométrique, au titre de la saison agricole 2019-2020, la direction régionale a adopté une série de mesures visant à assurer la stabilité des prix des aliments de bétail, la préservation des ressources animales, l'accompagnement et l'assistance des agriculteurs. Ainsi, les éleveurs ont bénéficié jusqu'au 14 juillet de 440.000 quintaux d'orge subventionné sur un total de 1 million de quintaux consacrés à cette région jusqu'au mois de septembre prochain.

Sur un autre registre, la région a connu la réalisation de projets routiers, de ponts et de tunnels, outre l'amélioration des services du transport urbain, notamment dans la ville de Casablanca. Puisque le développement local va de pair avec l'investissement, la première réunion du Centre régional d'investissement (CRI) en date du 7 décembre 2019 a été consacrée à la mise en oeuvre effective de la loi 47.18 relative à la réforme de ces institutions. Les intervenants ont souligné, à cette occasion, que les nouvelles missions du CRI doivent oeuver à consolider la position de Casablanca-Settat en tant que locomotive de l'économie nationale, en offrant l'assistance, le soutien et l'accompagnement des projets d'investissement, outre le développement de l'offre territoriale, en concertation avec les différents partenaires et opérateurs économiques de la région.

Sur le volet culturel, la région a connu, avant la prolifération du nouveau coronavirus, une grande dynamique qui s'est traduite par la diversité d'activités organisées dans plusieurs parties de la région, qui se sont poursuivies par la suite à distance. La région a depuis toujours constitué un vecteur de développement, aussi bien local que national, un rayonnement qui s'est étendu au-delà des frontières du pays, de par la réputation que cette région s'est forgée à travers la qualité des oeuvres présentées de mieux en mieux.

A La Une: Maroc

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.