Afrique du Nord: Crise en Libye - L'Arabie saoudite cherche à rapprocher les positions des pays voisins

Au lendemain de ses échanges, lundi 27 juillet, au Caire, autour de la crise libyenne, le chef de la diplomatie saoudienne s'est rendu mardi à Alger puis à Tunis avant de se rendre à Rabat où il était ce mercredi. Le but de cette tournée diplomatique saoudienne surprise au Maghreb n'est pas précisé, mais vise, selon plusieurs sources, à rapprocher les points des vues des pays voisins de la Libye sur une solution à cette crise.

D'Alger, à Tunis à Rabat, le discours du ministre des Affaires étrangères saoudien était le même : il souligne en cohérence avec ses homologues « le rôle central » des pays voisins de la Libye dans le « règlement pacifique du conflit » libyen, dans « la protection de ces pays contre le terrorisme » et pour lutter contre « les ingérences étrangères. »

Selon plusieurs observateurs algériens, l'Arabie saoudite, qui réactive sa diplomatie étrangère après une période de long sommeil, « tente un rapprochement entre le Caire et Alger ». Les deux pays sont en froid en raison des divergences sur une sortie de la crise libyenne.

Riyad cherche en effet à rapprocher les positions des pays voisins de la Libye. Cette tournée « de travail » est organisée pour « se concerter et échanger les points de vue sur les questions régionales et surtout sur la Libye ».

Dans les différentes déclarations qui ont accompagné cette tournée saoudienne, Tunis, Alger, le Caire et Rabat ont affiché toutes « une convergence de points de vues » avec l'Arabie saoudite.

Visite au Maroc

A Rabat, ce mercredi, Nasser Bourita et son homologue saoudien Faysal Ben Farhane ont également souligné l'importance d'une solution inter libyenne qui sera soutenue par les pays voisins.

La visite saoudienne à Rabat intervient au lendemain de la visite de deux hauts responsables libyens qui ont échangé avec les autorités marocaines sur les possibilités d'une solution pacifique dans un cadre libyen. Selon nos sources, une nouvelle conférence politique pour amender l'accord de Skhirat signé en 2015 n'est pas exclue.

Le ministre saoudien qui s'était rendu d'abord au Caire avait assuré lundi que le Royaume « apportait son appui complet » à la position égyptienne en Libye.

Les députés égyptiens ont approuvé la semaine dernière une possible intervention armée égyptienne en Libye. Le Caire voit en la présence des milliers d'extrémistes transportés par la Turquie en Libye près de ses frontières une menace pour sa sécurité nationale.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.