Sénégal: Pr Djiby Diakhate sur les déplacements avec la Covid-19 - «Il fallait prendre un certain nombre de dispositifs palliatifs»

30 Juillet 2020

En dépit de la situation très inquiétante de la covid-19, notamment la recrudescence des cas communautaires au Sénégal, les sénégalais comme d'habitude effectuent des déplacements massifs à l'intérieur du pays.

Un fait qui suscite l'inquiétude des autorités sanitaires, notamment le ministre de la santé et de l'action sociale, Abdoulaye Diouf Sarr, qui avait, il y'a quelques jours suggéré que «chaque sénégalais passe la fête de la Tabaski là où il se trouve présentement».

Ainsi, contrairement au ministre de la santé, le Pr Djiby Diakhaté, sociologue, pense qu' «il y'a possibilité de mobiliser les chefs de quartiers, les comités de quartiers, les comités villageois autour des points de chute des personnes qui viennent de l'extérieur». Il était l'invité hier mercredi 29 juillet du journal de 12h sur sud FM.

Contrairement au ministre de la Santé, Abdoulaye Diouf Sarr qui a invité les populations à éviter les déplacements, durant cette période de la fête de Tabaski, le sociologue Djiby Diakhaté pense qu'il faut plutôt chercher des voies et moyens d'adapter les habitudes des gens au contexte de la Covid-19.

«Je crois que dans ce contexte de covid-19, il fallait prendre un certain nombre de dispositifs palliatifs pour éviter la propagation liée au déplacement massif des populations à l'occasion de cette fête-là», a relevé le sociologue Djiby Diakhaté qui était l'invité de sud midi, hier mercredi 29 juillet.

A son avis «cela passe d'abord par la consolidation des mesures qui avaient été prises par le gouvernement à la suite du déconfinement annoncé par le président de la république.

Le ministère du transport avait mis en place un protocole appliqué à tous les garages, donc il fallait consolider ce protocole.

Or on se rencontre que les gens maintenant se déplacent à partir non pas des garages qui ont été retenus, mais à partir de points de départ divers disséminés sur l'étendue du territoire » indique-t-il.

Et de poursuivre : «la deuxième chose qui me semble importante, c'est la mise en place de comités d'accueils pour les visiteurs, qui arrivent dans les quartiers, dans les villages différents du pays organisés.

Donc là ça pourrait s'organiser autour des chefs de quartiers, des districts sanitaires ou des postes de santé notamment.

Donc une structure chargée d'accueillir les visiteurs au niveau des points de chute et leur dire ou leur rappeler les mesures qu'il faut adopter à l'occasion de la fête ». Parce qu'explique-t-il, le jour de la tabaski «on va être en famille, on va manger en famille, mais qu'on continue à garder les mesures barrières».

Pour éviter ainsi la propagation de la pandémie, après les déplacements effectués, le Pr Djiby Diakhaté recommande que : «quand on mange en famille personne ne parle, parce que tout le monde sait que quand les gens parlent, ils libèrent des gouttelettes qui peuvent faire l'objet de propagation de maladie.

Autre chose, c'est que les gens évitent de se partager les verres lorsqu'ils boivent du thé ou ils prennent des jus.

Que les gens lorsqu'ils sortent de la maison pour aller saluer les autres familles comme ça se fait à l'occasion de la tabaski, qu'ils mettent des masques quand ils se déplacent de concession à concession. Et que l'on évite, le plus possible surtout dans certaines localités, les plats communautaires».

Et d'expliquer que «c'est des plats qui sont apportés au niveau du grand fromager ou au niveau de la grande place et vous avez les gens de la même génération qui se regroupent autour du bol.

Alors toutes ces choses-là devraient être dans une certaine mesure prises en charge comme des mesures de prophylaxies pour éviter la propagation de la maladie ».

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.