Sénégal: Babacar sous terre, la presse perd son emblème

30 Juillet 2020
billet

Maison de la Presse Babacar TOURE. Cette fois Mbaye, tu ne pourras ni décliner ni même faire attendre. C'est comme si le Président Macky SALL prenait une petite revanche.

En 2012, le Chef de l'Etat avait dû s'y prendre par deux fois avant de te convaincre d'accepter la Présidence du Conseil National de Régulation de l'Audiovisuel. On est en septembre. Ceux qui suivaient le dossier savent que, même la composition du Collège du CNRA avait pris un temps plus long que d'ordinaire.

Tu avais demandé et obtenu que les futurs Conseillers fussent politiquement peu ou pas du tout marqués. Surtout pas du tout partisans. Logique, Macky te laissa le choix de la désignation des membres de ton équipe.

Et tu t'abstins de copinage. Certains de tes futurs collaborateurs ne t'avaient jamais rencontré et il y en avait dont tu ne découvris le visage que le jour où, dans une prise de parole publique au King Fahd Palace, le Chef de l'Etat t'a lancé un « oui, Monsieur le Président, j'ai validé votre liste ». Voilà pour la petite histoire.

Ceux qui un moment, ruèrent dans les brancards de la dénonciation avaient tout faux, estimant que le Président de la République venait de donner « à un concurrent », des droits de vie et de mort sur les autres éditeurs.

On pouvait les comprendre. Le Groupe Sud dont tu étais jusqu'alors le PDG, avait déjà sa radio. Une première comme investissement privé dans la chaine de valeur de la Communication audiovisuelle au Sénégal. Là encore, tu t'illustras en pionnier.

Acteur des médias, tu avais tout ton mandat durant à la tête du CNRA, mis l'accent sur la pédagogie et le contact direct avec les éditeurs, même et surtout ceux qui à travers des programmes, se rendaient coupables de sorties de pistes éthique et déontologique.

Pour une stricte observance de la loi, tu n'avais non plus jamais voulu te laisser prendre en défaut. Ton successeur a trouvé la tradition dans la maison ; il est resté dans la continuité. Vous avez en commun d'être des journalistes.

REUSSIR LA TRANSITION

Arrivé au terme de ta mission en 2018, tu t'es abstenu de retourner immédiatement à tes fonctions éditoriales. L'élégance républicaine t'avait éloigné des pages de Sud.

Parce que devenu régulateur, tu avais choisi de ne jamais être juge et partie. Même si concernant la publication phare du groupe tu ne t'étais pas laissé aller à l'indifférence, tu avais fait le pari de ne jamais te laisser surprendre à prendre parti pour le quotidien dont tu proposas le titre de l'ancêtre, SUD MAGAZINE.

C'était un jour de 1985. Le petit cercle de cinq confrères des quatrième, sixième et septième promotions du CESTI réunis chez toi à HAMO 1 avait tellement rêvé de panafricanisme et de libération et/ou liberté pour les peuples du Sud, que ta proposition de nom pour ce que nous allions créer, avait tout de suite obtenu l'adhésion des quatre autres.

Une dizaine d'années plus tard, tu parlas de Sud comme d'une « galaxie éclatée », parce que quelques uns de ceux qui avaient été là aux premières heures ou venus plus tard, s'étaient ouvert d'autres pistes entreprenariales, sans jamais rompre avec la famille.

Fairplay et grand Seigneur comme on ne peut plus, tu avais accompagné financièrement l'initiative du premier des quatre, parti faire cavalier seul.

Pendant ce temps, sous ton influence, ton entregent, ton portefeuille relationnel qui débordait largement les frontières de notre pays, SUD renforçait sa place dans la construction d'une opinion publique de plus en plus regardante sur la gouvernance publique. C'était le projet.

L'emblème aux « 3 lettres d'or » avait réussi une initiative inédite. Tu t'es souvent plu à le dire dans des moments de plaisanterie : ce qui est devenu aujourd'hui le Groupe Multimédia Sud Communication était au départ, un produit-passe temps pour de jeunes journalistes ayant chacun un port d'attache professionnel avec salaire relativement correct.

Abdoulaye Ndiaga Sylla, Sidy Gaye et Ibrahima Fall étaient encore au quotidien gouvernemental Le Soleil, où tu fis stage es qualités étudiant au CESTI. La fréquentation Ecole-milieu du travail avait pu vous faire tisser des rapports de confiance mutuelle en la valeur professionnelle de chacun.

Plus tard, vous rattrapa le besoin incompressible d'expression plurielle et de libération éditoriale. Il vous fallut pouvoir pratiquer le journalisme tel que vous l'aviez appris, ce que ne pouvaient pas toujours permettre les médias dits d'Etat. Parmi ces derniers l'Agence de Presse Sénégalaise. Là aussi tu as été stagiaire.

ET LE SOLEIL PERDIT DE BRILLANTES PLUMES

Le besoin d'indépendance comme en rêve tout jeune journaliste avait été si souvent manifeste dans les attitudes de tes confrères et futurs co-fondateurs de Sud, que nul ne fut surpris par la démission de Sylla, Fall et Gaye. Le Soleil venait de perdre de bons analystes et versa à l'entreprise de Presse en gestation, de redoutables polémistes.

Aussi, beaucoup y compris dans le milieu professionnel, ne donnèrent-ils pas cher d'un compagnonnage durable entre fortes têtes.

Tu savais tout cela. Il y avait respect des différences et tu es parvenu, en bon meneur d'hommes, à créer un esprit d'entreprise en capitalisant sur les contradictions, les atouts et le tempérament de chacun.

De ton poste à ENDA, où ton assistante Mame Fatou Fall s'occupait de dactylographier tes premiers textes destinés à ce qui va devenir SUD Magazine, tu coordonnais déjà le contenu du premier numéro de la publication, à l'origine trimestrielle.

La Une fut consacrée, en février 1986, à l'éminent Pr Cheikh Anta DIOP. Le projet panafricaniste prenait déjà forme. La plateforme démocratique n'a plus jamais quitté l'espace public dont tu devins une figure, des plus illustres, des plus emblématiques.

Un éditorial signé Babacar TOURE emballait tout ce que le Sénégal et l'Afrique de l'Ouest d'alors avaient comme intellectuels et personnalités politiques de premier plan.

Ainsi Sud Magazine d'abord, Sud Hebdo ensuite, le quotidien et la radio FM successivement, ont réussi à donner un autre nouveau visage à la presse papier et à la radio, dans un pays pas vierge d'initiatives privées, mais pour des expériences qui, dans le secteur, ont fait long feu.

Les Titres qui suivirent la naissance de Sud hebdo complétèrent le tableau de la bien nommée « bande des quatre », ou encore les « 4 Mousquetaires ». Walfadjri, le Cafard Libéré et le Témoin arrivaient sur le marché.

En toi Babacar, les hommes et femmes des médias, les universitaires d'ici et d'ailleurs venaient de découvrir un maître, un militant du journalisme.

La profession s'en trouvait rapidement rendue plus attractive, et des jeunes sortis d'Ecoles ou se faisant encadrer sur le tas et le tard pour certains, ne rêvaient que de cette profession où la liberté d'expression côtoyait et se renforçait du devoir assumé de responsabilité.

Sud passé quotidien en 1993, la radio Sud FM ouverte l'année suivante, en 1994, tu eus l'idée de donner de la chance à ceux dont le concours très sélectif du Cesti pouvait briser le rêve de devenir Journaliste ou Communicant.

ASSURER LA FORMATION POUR PRESERVER LA RELEVE

L'explosion médiatique que tu voyais venir appelait davantage de personnels bien préparés aux fonctions sociales d'information par voie de Presse.

Et naquit en 1996, l'Institut Supérieur des Sciences de l'Information et de la Communication (ISSIC), dont la seule évocation renvoyait à Abdou Latif Coulibaly devenu plus tard, figure emblématique du journalisme d'investigation. « L'Ecole de Latif » s'était fait un nom, une enseigne dans l'Enseignement Supérieur.

Une décennie venait alors de s'écouler depuis le matin où, fouettés par le vent frisquet des mois de décembre, nous faisions le pied de gru devant le hangar, à cette heure encore fermé, de l'ADP.

Je cherchai les mots pour te distraire autrement, vu ton humeur du moment. Tu venais de te demander pourquoi il y avait si peu d'engagés (nous n'étions que deux en vérité), pour assurer la manutention de la publication, au Km 2,5 Boulevard du Centenaire. Sud Magazine avait ses locaux à la rue de Bayeux en centre-ville.

Une petite pièce au fond d'une cour, après que nous avions un temps durant, quasi squaté le salon de Mme TOURE, chez toi en proche banlieue de Dakar. Tu avais aussi relevé à cet instant, que nous avions été les principaux rédacteurs des articles de l'édition dont nous étions invités à aller enlever le tirage.

La Messagerie qui distribuait tout ce qui était publications de qualité au Sénégal, faisait l'essentiel de son chiffre d'affaires avec les journaux français et la presse africaine de Paris.

Le Titre Sud faisait encore ses petits pas dans le monde des médias qui comptent. Pour te calmer ce matin donc, je t'ai sorti quelques mots dont je n'avais moi-même, pas mesuré la portée prémonitoire.

LE SUCCES AU-DELA DES ESPERANCES

« Arrivera un jour, te dis-je, où dans ce pays, personne ne pourra parler de Journalisme sans y associer ton nom ».

On était en 1986. Et depuis, je ne sais combien de fois je t'ai rappelé cette prédiction, question de te dire que j'avais vu juste. Ce qui est arrivé est très largement au-delà de ce que je croyais voir venir.

La réponse que tu me servis sur le moment est encore fraiche dans ma mémoire. « Tu penses que je travaille pour la gloriole » ?, me lanças-tu, histoire de me signifier que ton rêve n'était pas de célébrité ni de vedettariat.

Tu n'avais pas vu venir, car te voilà largement auréolé de gloire. La preuve irréfutable en est administrée par le torrent d'éloges qui coulent dans tous les médias du pays et hors du Sénégal, depuis l'annonce de ton retrait définitif de la scène, dimanche 25 juillet 2020.

Après le professionnel, nous nous économisons relativement à ce qui fait que j'ai souvent parlé de toi comme d'une sécurité sociale ambulante. Ta main n'a jamais quitté ta poche.

Des milliers de familles dans ce pays et ailleurs peuvent en témoigner. Il y a quelque trois semaines encore, je te le répétait après un appel de ton collaborateur et homme de confiance Ousmane NDIAYE, qui ne se signalait jamais sans la bonne nouvelle : « le grand m'a demandé de t'envoyer ... »

Le lendemain du dernier message de ce même Ousmane, tu m'annonçais être sur le chemin de chez ton médecin.

Optimiste comme j'eus souvent raison de l'être, j'attendais le jour que j'espérais évident et proche, où tu me dirais comme de précédentes fois, « Ok B... tout va bien je suis à Ngaparou ». Je te voyais te sortir de la maladie.

Erreur ; on t'a sorti de chez le toubib. L'imposant gabarit avait refroidi. Adieu Mbaye. Mes condoléances à ta famille, à Ndèye Fatou ta fille qui dut si souvent, les samedis après 13 h, sommeiller seule à la devanture de son Ecole maternelle.

Là, attendait la gamine, que vienne la chercher le papa occupé à cogiter sur le menu d'une revue à la prochaine parution improbable, parce qu'il fallait aux fondateurs se cotiser pour aller à l'imprimerie. Ces condoléances vont à tous les tiens, aux frères et sœurs, à la maman de Ndèye Fatou qui eut un moment à imaginer un « club des épouses dont les maris rentrent tard ».

C'était au début de Sud quotidien avec des bouclages tirant en longueur, tous les soirs. Illustration d'un paradoxe car certains jours, il s'y passait une ambiance exactement comme on ne pouvait imaginer se comporter, ces « mécontents » et/ou « rebelles », présumés hostiles à l'ordre établi.

Se représentait-on ces journalistes comme une faune d'individus incapables de plaisanteries, de moments d'évasion joyeuse même sur le lieu de travail ?

UN TON PAS AU GOUT DES AMIS

Vu de l'extérieur et victime d'un imaginaire qui accompagna ses fondateurs mais surtout alimenté par le physique de celui qui passait devant, Sud était une affaire de gens austères, voire prétentieux... opposés au Pouvoir. Le Président Abdou Diouf et son Premier ministre Habib Thiam étaient pourtant tous deux du cercle de ceux dont on pouvait dire que Babacar avait l'écoute.

De ces deux plus hautes personnalités de la République, on peut imaginer que tu connaissais l'office, la table le jardin et peut-être un bout d'arrière-cour. Ce qui n'avait aucune incidence sur la politique éditoriale de Sud.

Tu avais tenu à garder tes amis à distance pendant que les journalistes s'occupaient à « informer juste et vrai ». La maison n'était pas à un paradoxe près. Au lendemain de ton départ pour le voyage sans retour, Mamadou Amat parlait encore de ton sens de l'humour. Lui Yamatélé imbattable sur ce registre, sait de quoi il parle.

Outre vos relations personnelles, il anima pour Sud hebdo, une célèbre chronique au titre de critique télé. Un redoutable observateur qui troublait le sommeil des agents d'antenne et présentateurs du JT de l'alors unique chaine au Sénégal. Cela lui valut ce pseudonyme de Yamatélé, que lui attribuèrent les cibles de ces mises au point.

C'était en référence au petit bonhomme du dessin animé qui portait toujours son poste partout, sur l'épaule.

Tu n'eus pas tort de lui ouvrir les pages de la publication, creuset de diversités d'opinions et de talents, le tout au service d'un journalisme loin des règlements de compte personnels et de la propagande ; que celle-ci soit assumée ou déguisée.

Amat qui était à l'APS savait qu'il arrivait à la rédaction de s'animer d'anecdotes et de blagues entre reporters qui se vouaient un égal et mutuel respect.

Et chacun parmi les déjà anciens de la Rédaction qui se rajeunissait, avait une étiquette. Celle-ci renvoyait à son style ou à des expressions qui se retrouvaient souvent dans ses textes.

Sidy Gaye le chroniqueur économique était sur des « Boulevards », quand Ibrahima Fall, « petit chef » chroniqueur politique et militant de gauche, décortiquait ses « Vulgates » devant un Abdoulaye Ndiaga Sylla incarnant la sagesse et la combativité syndicale. Il avait été secrétaire général du Synpics, et à ce titre négociateur à tes côtés, de la Convention Collective de 1991.

Loin du syndicat et exclusivement pour Sud, et plus d'une fois, il t'est arrivé d'être mis en minorité dans une mesure à prendre. Pour ne pas lâcher prise, tu faisais remettre la discussion à plus tard, le temps d'aligner Sylla, sur ton point de vue.

A la reprise, on disait rarement non à Ndiaga. Et tu gagnais. Je t'ai souvent rappelé ces épisodes du parcours de Sud. Dans la bonne humeur. Certains autres jours, tout prenait des allures de grand place joyeuse, A tel point qu'on pouvait craindre pour l'heure du bouclage.

Mais les femmes et hommes préposés au traitement des menus avaient la main. Une fois les informations recoupées, vérifiées et consolidées, sortir du texte entrait dans l'ordinaire d'un journal normal. C'était aussi Sud.

ILS ETAIENT LA AUSSI

Babacar, je sais qu'il y a de ces personnes qui nous quittés et dont tu ne supporterais que leur nom et apport ne soient pas rappelés quand on parle des débuts de Sud. Comme des humains, nous avions déjà en projet de revisiter tout cela au 35 ème anniversaire, en 2021.

Parmi eux, Mansour Niang Niamagne qui conçut et accompagna la charte graphique du magazine depuis Hamo1. Paul Nejem de l'imprimerie Saint Paul que tu te plaisais à appeler Petit Paul.

Il avait été un complice des premières heures. Et Sud Magazine pouvait espérer paraître, même si l'enveloppe commençait à révéler une solvabilité peu évidente de celui qui signait les bons de commande, toi Babacar, en l'occurrence. Mais Paul et toi saviez manoeuver dans une mutuelle confiance. Il t'a devancé auprès du Créateur SWT depuis des années.

Paix à son âme, lui qui dès le début, crut en des jeunes certes volontaires et engagés mais si peu prêts financièrement. Tu étais crédible, cela suffisait au fournisseur. Tu ne t'en étais pas arrêté à trouver les moyens de faire imprimer Sud Magazine.

Tu eus l'idée de faire sponsoriser le projet jeune, par l'ancien Président du Sénégal. Léopold Sédar Senghor n'était plus aux affaires mais tu obtins un rendez-vous aux Dents de la Mer, sa résidence privée. Il te proposa de lui présenter un projet de Lettre qu'il signa après t'avoir assuré que Sud Magazine était agréable à lire. « Le ton est bon », voilà ses mots. ?

Babacar TOURE, la Presse sénégalaise et celle ouest africaine francophone notamment, te doivent d'avoir connu un essor qui n'est, depuis lors, plus jamais remis en question. Partout naissent des Titres privés avec plus ou moins de chance de longévité.

La démocratie s'en est trouvée à l'ordre du jour dans tous les pays de la sous région, même si les multiples soubresauts peuvent laisser une impression d'impréparation, telle que voulue et cultivée par des Pouvoirs politiques multi décennaux.

Ce qu'il serait extrêmement dangereux de défendre, c'est l'idée que rien ne peut se faire contre les projets dictatoriaux. La Presse pourra assumer et poursuivre ses fonctions de vigie de la démocratie, si chacun de tes héritiers professionnels s'emploie à préserver et vivifier le legs.

ILS ONT SAUVE LA DEMOCRATIE

Tu as déjà reçu en son temps, des confidences sur comment la Presse privée, Sud notamment, avait gêné et fait renoncer à un projet de liquidation de l'opposition sénégalaise. On sortait d'élections troubles en 1988.

Et dans les cercles huppés de l'establishment on n'en revenait pas. La question était pour les décideurs, de savoir d'où sortaient donc ces journalistes inconnus aux tableaux des fils de, neveux de, frère de...

C'est vrai qu'un coup d'œil sur les pièces d'état civil pouvait intriguer un peu plus. Entre 145 à 150 km voire davantage au sud ou à l'ouest de la capitale comme lieu de naissance, pour des perturbateurs de l'ordre établi par la puissance étatique, cela s'expliquait difficilement.

Tout politiquement engagé que tu fusses, on ne pouvait te classer au niveau social de cet autre révolutionnaire, fils de Dakar né à Niamey et tué à la prison de Gorée en 1973.

Comme Oumar Blondin Diop, tu fis tes humanités à l'école de la gauche radicale. Ce que tu en as gardé a fait de toi l'homme d'une immense générosité dont le talent professionnel et le combat démocratique sont salués partout.

Politiquement cultivé, journalistiquement aguerri, l'histoire bientôt tri décennal de Sud a révélé en toi un grand homme intègre, digne et bon.

Ton nom se prononce encore avoir bonheur et fierté dans les couloirs du CNRA dont tu as proposé au Chef de l'Etat de nommer à la présidence, un autre Babacar, alors que tu terminais ton mandat.

Et conseiller de l'ombre tu le restas pour aider à aplanir les rapports entre le Régulateur de l'Audiovisuel et des éditeurs qui s'essayaient à la sortie de route.

PRENDS TA MAISON ET REPOSE EN PAIX

On n'aura jamais tout dit te concernant, post mortem. Et comme tu sus allier vision, professionnalisme, rigueur et sociabilité, nous allons faire comme tu aimais recommander. Faire ou dire chaque chose en son temps, mais le faire ou le dire quand on aura fini de s'assurer que nul ne s'engagera sur une piste aventureuse du fait des seuls écrits d'un journaliste.

A chaque étape son sujet. De quelques étapes de la marche des Sud-produits et de ta gouvernance de la Régulation de l'Audiovisuel, nous parlerons une prochaine fois avec le soutien d'autres acteurs au sein du Groupe et de l'institution.

Repose en Paix Mbaye. Mais ton nom figurera sur tous les communiqués, cartons d'invitation ou supports publicitaires portant sur toutes activités et manifestions à tenir dans ou pas loin du majestueux immeuble qui trône sur la rue 5 angle Corniche, à Dakar.

Une consécration décidée par le Président Macky Sall et mérité incontestablement par l'incontournable Babacar TOURE, lorsqu'il s'agit d'honorer la PRESSE.

Nous savons ce que nous avons perdu. L'ancien enseignant au Cesti, formateur de la plupart d'entre notre génération, ancien fonctionnaire de l'Unesco à Paris et Dakar a eu le mot juste.

Diomansi BOMBOTE assimile ta disparition à une « amputation ». Elle est incurable parce que le membre séparé du corps n'est jamais remplaçable à l'identique de l'originel. Tu me confiais, pas plus tard que l'année dernière, que tu étais « un être des eaux ».

Te voici désormais majestueusement face à la mer, avec vue imprenable sur l'Océan Atlantique. Cette fois, Mbaye je te le redis, impossible d'opposer au Conseil des ministres ta célèbre adresse à Diouf. A Macky et pour cette distinction, tu ne pourras pas dire « Non Monsieur le Président ! ».

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.