Ile Maurice: Assassinat d'un Indien - Un technicien peut recouvrer la liberté

Faisant l'objet d'une accusation provisoire d'assassinat, il pourra être libéré contre une caution de Rs 150, 000 et devrait signer une reconnaissance de dette de Rs 1 million.

Cela, si aucune accusation formelle n'a encore déposée contre lui devant la justice d'ici le 26 novembre. C'est du moins ce qu'a décidé l'Acting Senior District Magistrate, Bhamini Prayag-Rajcoomar de la Bail and Remand Court le 27 juillet pour le suspect Marc Adelaide Tranquille.

Ce technicien de 33 ans est en effet soupçonné d'avoir tué un Indien de 37 ans, employé de Samlo de Dubreuil.

Ayant décroché un contrat avec ladite compagnie, l'étranger se trouvait à Maurice pendant la période de 2018 et c'est le 29 octobre 2018 que son corps calciné a été découvert par les policiers dans un champ de canne à St-Felix.

Le rapport de l'autopsie avait révélé que la victime avait été égorgée avant d'être brûlée et ce serait un 'cutter' qui aurait été utilisé mais qui n'a toujours pas été retracé. Kamlesh Kumar, qui résidait dans le dortoir de la compagnie à Dubreuil, avait disparu depuis le 27 octobre de la même année.

Et la police estime que Marc Adelaide Tranquille et son frère et sa femme sont impliqués dans ce crime et demande à la Cour de rejeter sa demande de liberté conditionnelle. «Il peut ingérer avec les témoins et il se peut que le 'cutter' se trouve en sa possession.»

Toutefois, la sœur du suspect est venue en Cour pour confirmer qu'elle prendra sa responsabilité s'il est libéré. A noter que si un suspect réside à une place fixe, cela constitue un facteur pouvant favoriser sa libération.

La magistrate est quant à elle, d'avis qu'aucune preuve n'a été apportée pour démontrer qu'il peut récidiver à l'aide ou quitter le pays dans un bateau ou qu'il dispose des moyens ou des contacts à l'étranger qui l'aideront à prendre la fuite.

«Le point d'objection portant sur le fait si le suspect est poursuivi formellement peut risquer une lourde peine d'emprisonnement, n'est en lui-même pas une raison pour justifier la prolongation de sa détention.

Toutefois, si le 'main case' n'a pas encore été déposé contre le suspect d'ici novembre, il recouvrira la liberté,» conclut la magistrate.

Pour rappel, des traces de sang sur son véhicule l'auraient trahi. Marc Adélaïde Tranquille était passé aux aveux avant de revenir sur sa version. Selon les soupçons de la police, l'Indien se serait mal comporté envers une personne, ce qui lui valut une 'correction' -hélas!- mortelle.

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.