Afrique Centrale: Golfe de Guinée - Augmentation de risques d'enlèvement de marins

Dans le golfe de Guinée, les actes de piraterie, en haute mer, prennent de l’ampleur.

Les attaques violentes contre des navires et équipages ont augmenté début 2020, avec 77 marins pris en otage ou kidnappés contre rançon depuis janvier de cette année. Cette situation fait du golfe de Guinée la région marine la plus dangereuse du monde.

Selon le dernier rapport du Bureau maritime international (BMI), la quasi-totalité (plus de 90%) des enlèvements maritimes dans le monde se déroule dans le golfe de Guinée.

Quarante-neuf des cinquante-quatre membres d'équipage signalés comme kidnappés l'ont été dans cette région. Ils ont été retenus en captivité à terre, parfois jusqu'à six semaines. Ceci jusqu'au versement d'une rançon.

Trente-deux membres d'équipage ont été kidnappés au cours des trois derniers mois seulement, lors de six incidents distincts au deuxième trimestre, contre dix-sept membres d'équipage enlevés lors de trois incidents distincts au premier trimestre.

Ces enlèvements se produisent en mer. Deux tiers des navires ont été attaqués en haute mer, entre 20 et 130 miles nautiques environ au large des côtes.

" Les attaquants armés de couteaux et de fusils ciblent désormais les équipages de tous les types de navire. Tout le monde est vulnérable", déplore le directeur du BMI, Michael Howlett.

La Somalie, un territoire sécurisé

Aucun incident n'a été signalé au large de la Somalie, où se déroule l'opération anti-piraterie de l'Union européenne, Eunavfor Atalanta.

Les navires y appliquent de bonnes pratiques de précaution, "lorsqu'ils transitent dans ces eaux", sachant que " les pirates somaliens ont toujours la capacité de mener des attaques", rappelle néanmoins le BMI.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.