Ile Maurice: Mauriciens privés d'accès mais cinéastes étrangers welcome

Alors que des milliers de Mauriciens sont toujours privés du droit de retour au pays depuis quatre mois, ils assistent, impuissants, aux voyages effectués par des étrangers. C'est le cas d'une équipe de tournage d'un film qui a foulé le sol mauricien le 23 juillet dernier.

Elle est arrivée à bord d'un jet privé après avoir complété des jours de tournage en Afrique du Sud. L'avion à bord duquel l'équipe a voyagé appartient aux NAC Aircraft Charter Services, une compagnie basée à l'aéroport internationale de Lanseria, en Afrique du Sud.

Cette information ne plait pas aux Mauriciens qui sont encore bloqués non seulement en Afrique du Sud mais également à travers le monde.

Une Mauricienne a même adressé un courriel au Premier ministre hier (mercredi), réclamant des explications. Pour rappel, le gouvernement avait utilisé la carte de «geste humanitaire» pour justifier l'arrivée d'une Malgache qui avait testée positive au Covid-19 à son arrivée.

Les Mauriciens souhaitent désormais comprendre comment un groupe de visiteurs a pu avoir l'autorisation pour tourner un film au pays alors que le 21 juillet au Parlement, le ministre des Affaires étrangères avait évoqué un manque d'espace pour justifier le processus de rapatriement des Mauriciens.

Ce n'est pas tout. Selon nos recoupements, une autre partie de cette même équipe de tournage est attendue la semaine prochaine au pays. '

«Expliquez-nous pourquoi cette équipe est privilégiée aux dépens des enfants malades, des familles séparées, des contribuables, entre autres. Nous réitérons notre appel. Laissez-nous rentrer. Cette information est un vrai coup dur pour nous », peut-on ainsi lire dans le message adressé à Pravind Jugnauth.

Au Parlement mardi dernier, le député Eshan Juman a interpellé le Premier ministre sur trois hommes d'affaires indiens qui sont arrivés de l'Inde le 22 juillet dernier. Pravind Jugnauth n'a toutefois pas été en mesure d'apporter des éclaircissements souhaités.

Interrogé par la presse hier mercredi 29 juillet à l'issue d'une fonction à l'hôpital Jeetoo, le ministre de la Santé, Kailesh Jugutpal, a fait comprendre que la porte est ouverte aux activités économiques.

Ce qui explique que des employés d'une compagnie de cinématographie ont pu franchir nos frontières. Selon le ministre, les frais sont pris en charge par la compagnie et non pas par le gouvernement.

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.