Congo-Brazzaville: Circulation routière - Un policier perd les pédales sur l'avenue de l'OUA

Pour contraindre l'automobiliste à lui présenter le dossier pour un éventuel contrôle, l'agent régulateur de la circulation a violemment arraché la plaque minéralogique(immatriculation) de la voiture avant de l'emporter.

Sur l'avenue de l'OUA, à quelques encablures du collège Angola-Libre, situé dans le premier arrondissement de Brazzaville, Makélékélé, un agent de police routière, visiblement pris par une colère excessive, arrache la plaque minéralogique(immatriculation) d'un taxi. L'acte est posé à un endroit où le conducteur ne pouvait pas garer pour se faire contrôler.

Voilà ce qui rappelle les contradictions quotidiennes entre policiers routiers et automobilistes qui, pour la plupart du temps, sont à couteaux tirés. Il arrive que les uns agissent en dehors du cadre réglementaire et que les autres aillent à l'encontre de la loi.

Lors d'un échange avec les agents de l'ordre le 17 juin à Brazzaville, le directeur général de la police, le général Jean François Ndenguet, attirait l'attention de ces derniers, afin qu'ils ne puissent pas ternir l'image et l'honneur de la Force publique dans leurs agissements.

« Les agents de l'ordre doivent faire preuve de discernement pour ne pas appliquer la loi de façon abusive et aveugle.

La non-violence, la maîtrise de soi doivent être de mise afin d'éviter les réactions épidermiques ou d'excessive nervosité », déclarait-il à cette occasion, tout en appelant la population à leur faciliter le travail.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.