Angola: La banque a déjà attribué quatre milliards de kwanzas dans le cadre du PAC

Luanda — Quatre milliards de kwanzas est le montant accordé par les institutions bancaires dans le cadre du Programme d'Appui au Crédit (PAC), pour soutenir le programme de soutien à la production, de diversification des exportations et de remplacement des importations (Prodesi).

C'est ce qu'a déclaré mercredi, à la presse, le Secrétaire d'État à l'économie, Mário João, à l'issue d'une visite à l'Industrie angolaise des huiles végétales (Induve), dans le but d'évaluer le degré d'exécution physique et financière des 20 millions de dollars pour la construction d'une unité de transformation de farine de blé, afin de répondre au défi lancé par l'Exécutif de réduire les importations.

Il s'agit d'une usine qui traitera, à partir de 2021, 700 tonnes / jour, soit une moyenne annuelle de 255.500 tonnes, dans le but d'aider le secteur à mettre fin au déficit existant sur le marché.

Le responsable a dit qu'il avait une bonne impression de la minoterie nationale; nous pouvons dire qu'en ce qui concerne les farines de maïs et de blé, le pays pourrait déjà être autosuffisant, ne dépendant que du grain de maïs et de blé, malgré difficultés climatiques à les produire en grande échelle.

Le secrétaire d'État a reconnu que le pays ne produit toujours pas autant de maïs que l'usine aimerait transformer, continuant à dépendre un peu des importations, appelant les industries manufacturières à aider à la collecte de la production nationale qui se passe à travers le pays.

Pour sa part, l'administrateur financier de l'Induve, Kidy Aragão, a dit que la principale difficulté était la concurrence déloyale qui existe sur le marché, concrètement dans l'importation massive de farine de maïs produite par l'Induve et de farine de blé, alors que déjà il existe des unités de fabrication en Angola qui peuvent desservir le marché sans difficulté.

«Il y avait une grande importante de farine de maïs, sachant que le pays a déjà des conditions pour produire la farine de maïs et que cela est le grand levier pour les agriculteurs qui produisent du maïs et aujourd'hui avec cette acquisition à l'étranger, il y a des produits qui se détériorent dans les champs», a souligné l'administrateur.

Lors de son ouverture en 1957, l'Induve avait deux produits sur sa chaîne de production: de l'huile végétale à base de tournesol et du savon en barre.

Avec le processus de redimensionnement du secteur des entreprises publiques, la société a été privatisée en 2003 et a commencé à inclure de la farine de maïs jaune et des aliments pour animaux dans sa chaîne de production.

La matière première a toujours eu sa source sur le marché étranger, en raison de l'insuffisance du marché intérieur.

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.