Togo: Le plan de sortie de crise proposé par la CEDEAO rejeter par les protagonistes

Au Mali, le plan de sortie de crise proposé par la Cedeao (Communauté des États de l'Afrique de l'Ouest) à l'issu du sommet extraordinaire tenu ce lundi est tout sauf respecté du côté du Mouvement de 05 juin que du côté du parlement.

Les trente députés contestés n'entendent pas démissionner

Malgré la menace brandie par la Cedeao de « sanction » si les recommandations faites ne sont pas respectées, les responsables de M5 repoussent la main tendue du premier ministre malien, Boubou Cissé de former le gouvernement d'union nationale recommandée par les cinq chefs d'Etats, et réclament la démission pure et simple de IBK et du chef du gouvernement qui refuse lui aussi de rendre le tablier.

L'opposition affirme, au cours d'une conférence de presse, redouter de la volonté du pouvoir de dialoguer au moment où une importante quantité de matériels « anti-émeutes » est à Bamako pour contrer d'éventuelles manifestations, relatives à la phase 2 de la désobéissance civile annoncée.

Du côté des trente et un députés contestés, ils n'entendent pas démissionner. Ils ont expliqué au cours d'une conférence qu'ils ont été élus pour cinq ans et que les lois maliennes ne prévoient pas ce genre de démissions.

Plus de: Télégramme228

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.