Zimbabwe: Le pays se prépare à un vendredi sous haute tension

Alors que l'opposition politique appelle à manifester ce vendredi 31 juillet contre la corruption au sein du régime. Le gouvernement lui a prévenu qu'il ne tolèrera aucun rassemblement. Les autorités ont d'ailleurs imposé un couvre-feu et une interdiction de tout rassemblement de plus de 50 personnes, dans le cadre des mesures pour lutter contre le coronavirus.

« Aucune manifestation n'aura lieu ! », a mis en garde jeudi après-midi le porte-parole de la police zimbabwéenne. « Les forces de sécurité sont en alerte maximum », a-t-il ajouté. Jeudi, le centre-ville de la capital Harare était désert, la plus part des magasins fermés, les forces de sécurité visibles dans les rues.

L'opposition, elle, est déterminée à descendre dans la rue pour dénoncer la corruption au sein du régime. Et ce alors qu'aujourd'hui s'ouvre le procès de l'ex-ministre de la Santé, limogé il y a 3 semaines, accusé d'avoir détourné des fonds destinés à la lutte contre le Covid-19.

A l'origine de la manifestation, un petit parti d'opposition « Transformer le Zimbabwe » dont le responsable Jacob Ngarivhumé a été arrêté et inculpé d'incitation à la violence, avec le journaliste Hopewell Chin'ono, qui a fait éclater le scandale impliquant l'ex-ministre de la Santé.

Les organisateurs de la manifestation ont appelé leurs militants à ne pas porter de vêtement aux couleurs de partis politiques, rappelant qu'il s'agit d'une marche contre la corruption. Ils s'inquiètent de confrontation violente avec la police alors que ces derniers jours les cas d'intimidations et de violences envers leurs militants se sont multipliés.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.