Congo-Kinshasa: La colère des députés provinciaux sans salaire depuis plusieurs mois

La crise touche les institutions politiques particulièrement au niveau provincial. Dans la majorité des 26 provinces que compte le pays, les députés provinciaux accusent plusieurs mois d'arriérés de salaire. Mercredi, leurs délégués ont manifesté devant les locaux du bureau du Premier ministre sans être reçus. Ce jeudi, ils ont pu finalement échanger avec le ministre des Finances.

Cela fait plusieurs mois qu'ils réclament d'être payés. Ces députés provinciaux ne comprennent pas comment les animateurs de plusieurs autres institutions reçoivent régulièrement leurs émoluments, mais pas eux.

« Cela fait déjà neuf mois que nous sommes impayés. Alors, nous crions beaucoup plus sur l'injustice sociale que nous voyons dans notre pays. Il y a les sénateurs, les députés nationaux, qui sont payés, alors que nous, nous sommes aussi élus dans les circonscriptions électorales, pourquoi ils sont payés et pas nous ? », interroge Michel Moyombo, un député provincial du Sud-Ubangi.

Le gouvernement justifie cette situation notamment par la faible mobilisation des recettes depuis plusieurs mois. Un argument qui ne convainc pas les députés provinciaux. Une commission impliquant ces élus et les délégués du ministère des Finances a été constituée pour trouver un début de solution.

Mais pour certains parmi ces élus, cette démarche risque d'être insuffisante. Ainsi, ils sollicitent l'implication du chef de l'État. « Nos vies et nos foyers en dépendent. Nous demandons son implication significative et personnelle. Que lui-même essaie de voir, parce qu'il est le garant, qu'il dise un mot pour que nous soyons rémunérés », ajoute Michel Moyombo.

La situation touche également l'Assemblée provinciale de Kinshasa. Si les élus de la capitale sont payés, ce n'est pas le cas du personnel administratif qui accuse sept mois d'arriérés de salaire.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.