Congo-Kinshasa: La Prison centrale de Bunia dotée d'un mur de clôture et de deux miradors

communiqué de presse

Le Chef de Bureau de la MONUSCO en Ituri, Josiah Obat, a officiellement remis ce vendredi 31 juillet 2020 au Gouvernement provincial de l'Ituri, un mur de clôture en béton de 430 mètres linéaires et de 3 mètres de haut, et deux miradors ou postes d'observation pour la Prison centrale de Bunia, et dont la construction a été financée par la Mission à hauteur de 76 234 dollars américains.

Cet appui de la MONUSCO rentre dans le volet protection des civils de son mandat. Il vise à renforcer la sécurité aussi bien à l'extérieur qu'à l'intérieur de cette maison carcérale qui date de l'époque coloniale, mais dont l'état de vétusté pose de sérieux problèmes de sécurité. En effet, les cas d'évasion de prisonniers étaient fréquents dans ce pénitencier qui héberge à ce jour plus de 1 300 détenus, alors que sa capacité théorique est de 220 places.

Par ce don, la MONUSCO vise plusieurs objectifs : délimiter le périmètre de la prison afin qu'elle ne soit plus confondue avec les maisons environnantes, faute de mur de protection ; dégager de l'espace pour les détenus qui disposeraient enfin d'une cour où ils pourraient se promener pour leur détente ; améliorer le climat de cohabitation entre détenus ; restaurer la confiance des populations victimes des violences communautaires envers les Institutions judiciaires et pénitentiaires par le maintien en détention des auteurs de délits et violences ; ou encore permettre l'organisation des activités de réinsertion sociale, récréatives et sportives pour les prisonniers.

Aujourd'hui, selon Camille Zonzi, Directeur de la prison centrale de Bunia, ces objectifs sont atteints : « Nous sentons et voyons maintenant la valeur d'une prison digne de ce nom. A partir de maintenant, plus d'évasions possibles ici, avec la sécurité que la MONUSCO nous a aidés à renforcer. Ma joie est double parce que nous avons par ailleurs gagné de l'espace de détente pour nos détenus qui peuvent maintenant sortir de leurs cellules pour prendre de l'air dans la cour de l'établissement. Je dis : Merci à la MONUSCO pour cet énième appui ».

Josiah Obat, Chef de Bureau de la MONUSCO en Ituri, a « renouvelé l'engagement de la Mission onusienne à accompagner les autorités judiciaires et pénitentiaires pour l'édification d'un système pénitentiaire viable, qui respecte les droits des détenus conformément aux standards internationaux ».

En Ituri, cet appui est palpable et quotidien : appui-conseil aux membres du personnel de la prison ; plaidoyers pour l'amélioration des conditions de détention ; dons en médicaments à l'infirmerie de la prison ; dons divers et réguliers de matériel spécifique de sécurité ; formations diverses du personnel (sur le greffe pénitentiaire, la prévention contre le Covid-19, etc.) ; ateliers de renforcement des capacités des personnels pénitentiaires ; livraison hebdomadaire d'eau potable aux détenus ; activités d'alphabétisation pour femmes et mineurs détenus, redynamisation des activités de menuiserie de la prison... ; et même dons en vivres aux malnutris sévères.

Le présent projet va certes bénéficier aux quelque 1 300 détenus, mais aussi à plus de 4 000 membres de familles de détenus, ainsi qu'à l'administration pénitentiaire.

A La Une: Maintien de la Paix et Resolution des Conflits

Plus de: Monusco

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.