Congo-Kinshasa: Une dizaine de personnes tuées par un militaire dans la région d'Uvira

En République démocratique du Congo, une dizaine de personnes ont été tuées, jeudi soir, par un soldat en fuite qui avait tenté de racketter deux civils dans la cité de Sange, à plus de 30 kilomètres de la ville d'Uvira, dans la province du Sud-Kivu. Ce vendredi matin, la tension demeurait vive.

Selon plusieurs témoins, vers 20 heures, heure locale, le soldat est en train de regagner la caserne lorsqu'il croise deux civils sur son chemin. Il menace l'un et tente de lui ravir son téléphone, une pratique très courante à Sange, selon la société civile, mais la population est vigilante. Une des victimes lance alors un cri de détresse, et plusieurs personnes accourent

L'homme en uniforme tire d'abord en l'air, puis sur les présents, pour se tirer d'affaire. Plusieurs personnes atteintes meurent sur place, d'autres sont ensuite ciblées, car elles se trouvent sur le trajet de fuite du soldat, visiblement ivre selon des témoins. Certains blessés décèderont dans la nuit, selon la société civile.

Colère des habitants

D'après le chef de la cité de Sange, qui donne un bilan provisoire de 12 morts et sept blessés, le tireur était « impossible à maîtriser ». Et selon les dernières informations, il n'a pas encore été capturé, ce qui a provoqué la colère des habitants. Ces derniers ont exposé ce vendredi matin les corps des victimes sur la chaussée. Des jeunes en colère ont monté des barricades sur la principale route de Sange, en y brûlant des pneus.

Ces habitants exigent le déploiement de nouvelles troupes dans la région, mais aussi l'arrivée sur place de l'autorité provinciale avant toute inhumation des victimes. Avant même le gouverneur, le président congolais Félix Tshisekedi dit avoir appris avec « consternation, le crime odieux perpétré » à Sange. Le chef de l'État dit condamner « avec fermeté cet acte ignoble ».

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.