Ile Maurice: Un salon de beauté opérant comme maison close à Curepipe

La police a perquisitionné le jeudi 30 juillet à la Route royale à Curepipe un salon de beauté soupçonné d'opérer comme une maison close. L'ironie veut que ce jeudi 30 juillet on célébrait la journée mondiale de la traite d'êtres humains.

Quatre femmes travaillant dans ce salon ont été arrêtées. Elles ont avoué s'engager dans des rapports sexuels avec des clients contre paiement. Deux hommes qui étaient en compagnie de deux de ces femmes ont été interpellés.

La propriétaire de ce salon âgée de 32 ans et habitant Lallmatie a elle aussi été arrêtée peu après. Les enquêteurs n'écartent pas la possibilité qu'elle soit poursuivie sous une accusation de trafic humain.

C'est sur la base de certaines informations et après des heures de surveillance que le surintendant de police Suryaduth Ruhomah, responsable de la Criminal Investigation Division (CID) de la Central Division, a monté cette opération aux alentours de 13 heures avec le concours des hommes de la CID de Vacoas, Phoenix et Eau-Coulée avec le soutien de l'inspectrice Fowdar de la CID.

Ce raid a permis d'appréhender quatre esthéticiennes. Elles sont une femme de 32 ans de Goodlands, une habitante de Souillac de 27 ans et deux Mahébourgeoises de 32 ans. La femme de 27 ans se trouvait dans une cabine en compagnie d'un vendeur de 39 ans habitant Forest-Side, tandis qu'une des deux Mahébourgeoises était-elle avec un planton de 51 ans habitant Curepipe et qui était à moitié dévêtu.

Au cours de la perquisition policière, les policiers ont saisi dix préservatifs et la somme de Rs 1600 soupçonnée de provenir de l'argent payé par des clients. La propriétaire ainsi que les quatre esthéticiennes ont passé une nuit au centre de détention de Vacoas. Ce vendredi matin elles ont dû fournir une caution devant le tribunal de Curepipe pour leur remise en liberté conditionnelle.

Elles répondent toutes d'une accusation provisoire de keeping brothel.

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.