Afrique: Zainab Hawa Bangura, Directrice-Générale de l'Office des Nations Unies à Nairobi (UNON) -Autonomisées, les femmes peuvent débloquer les dividendes dormants du développement

interview

Zainab Hawa Bangura, Sous-Secrétaire des Nations Unies, est la Directrice Générale de l'Office des Nations Unies à Nairobi (UNON), poste qu'elle occupe depuis le 30 décembre 2019. Avant sa nomination actuelle, elle était la Représentante Spéciale des Nations Unies sur les violences sexuelles en temps de conflit. Dans cet entretien avec Kingsley Ighobor d'Afrique Renouveau, Mme Bangura parle entre autres de l'autonomisation des femmes et des jeunes, de l'initiative de l'Union Africaine "Faire taire les armes à feu d'ici 2020". En voici des extraits.

Commençons par l'éléphant dans la salle-la COVID-19. Compte tenu de la situation actuelle de la pandémie en Afrique, quel message adressez-vous aux Africains en ce moment ?

Mon message est que l'Afrique peut vaincre ce virus mortel et se rétablir encore mieux. Les Africains sont résistants. Mais les décès, la dislocation de notre mode de vie et la dévastation des économies sont énormes.

De nombreux rapports publiés jusqu'à présent, y compris la note d'orientation du Secrétaire général des Nations Unies sur l'impact de la COVID-19 en Afrique, indiquent que des dizaines de milliers de vies pourraient être perdues ainsi que des milliards de dollars d'activité économique. Le SG a appelé à un gel de la dette et à un soutien allant jusqu'à 200 milliards de dollars pour les pays pauvres afin de stimuler leurs économies. Je crois aussi qu'une reprise post-pandémique est une opportunité pour l'Afrique de mieux se relever.

C'est pourquoi nous devons nous concentrer sur des projets de développement durable, y compris des projets respectueux de l'environnement, et accorder une plus grande attention à l'autonomisation des femmes, des jeunes et des populations vulnérables.

En tant que Directrice générale de l'Office des Nations Unies à Nairobi (UNON), quels sont vos domaines prioritaires ?

Comme vous le savez probablement, avant ma nomination, l'UNON était sans chef à plein temps pendant plus d'un an. Ma première tâche a donc été de réaligner les divisions et les départements en une seule unité cohésive pour permettre des stratégies communes afin d'atteindre les objectifs de l'organisation.

Ensuite, nous nous appuyons sur le travail des DG précédentes pour faire reconnaître l'UNON, qui est le seul siège des Nations Unies dans le Sud. Cette reconnaissance attirera bien sûr les médias, les conférences internationales et d'autres événements. Nous avons une vision claire et nous avons défini nos priorités, qui consistent notamment à contribuer à la mise en œuvre des initiatives de réforme du Secrétaire général à l'échelle de l'organisation. Il s'agit également de sensibiliser le public au travail des Nations Unies au Kenya et en Afrique de l'Est, de soutenir d'autres entités des Nations Unies et de renforcer la coopération avec d'autres organisations régionales.

En tant que DG, je suis également disponible pour aider à promouvoir les bons offices du S-G dans cette région et la diplomatie préventive, c'est-à-dire la médiation des crises avant qu'elles ne dégénèrent.

Comment votre expérience et votre travail précédents aux Nations Unies vous ont-ils préparé à votre poste actuel ?

J'étais un activiste de la société civile et j'ai été ministre du gouvernement de mon pays, la Sierra Leone [ministre des affaires étrangères et de la coopération internationale, puis ministre de la santé].

J'ai également travaillé avec les Nations Unies dans le domaine du maintien de la paix et plus tard en tant que représentant spécial du Secrétaire-Général sur la violence sexuelle dans les conflits. Ces expériences réaffirment ma passion et mon engagement pour les questions relatives aux femmes, à la bonne gouvernance et au développement durable. Pour les femmes en particulier, nous ne pouvons pas faire de progrès dans les domaines des droits de l'homme, de la paix et de la sécurité et du développement sans leur contribution.

Je me rappelle constamment, ainsi qu'à mes collègues, que nos priorités et notre travail doivent respecter les principes de la Charte des Nations Unies, qui met l'accent sur les personnes, et non pas seulement sur des processus abstraits et impersonnels.

Quelle est l'importance stratégique d'avoir un siège des Nations Unies dans le Sud ?

Les services que les Nations Unies rendent dans les domaines de la paix, de la sécurité, de l'intervention humanitaire, des droits de l'homme et du développement sont rapprochés des bénéficiaires qui vivent pour la plupart dans le Sud global.

L'UNON est unique en ce sens qu'elle dispose d'un mélange de siège mondial, de bureaux nationaux et régionaux, de missions politiques spéciales et d'opérations de soutien à la paix. C'est le siège des Nations Unies en Afrique ainsi que le siège mondial de l'ONU-Habitat et du Programme des Nations Unies pour l'environnement. Le travail des entités des Nations Unies basées à Nairobi contribue de manière significative à la promotion des objectifs et des valeurs des Nations Unies au Kenya, dans la région et dans le monde entier.

L'une des priorités du Secrétaire-Général des Nations Unies est la parité des sexes au sein du système des Nations Unies. Comment espérez-vous atteindre cet objectif à l'UNON ?

Nous avons un document de politique de genre qui est largement diffusé au sein du personnel afin que chacun comprenne les principes. Les cadres supérieurs entreprennent régulièrement des formations, y compris celles administrées par ONU Femmes, sur la manière de faire face aux préjugés inconscients dans le recrutement du personnel. Il est également demandé aux cadres supérieurs d'inclure dans leurs plans de travail les mesures qu'ils espèrent mettre en œuvre pour atteindre la parité entre les sexes. Des recherches ont montré que le fait d'exprimer un certain nombre d'années d'expérience comme "souhaité" plutôt que "requis" dans les offres d'emploi est plus invitant pour les femmes.

En outre, nos offres d'emploi comprennent un langage qui encourage fortement les femmes à postuler. Nous essayons également d'entrer en contact de manière plus proactive avec des candidates qualifiées et de promouvoir des options de mobilité qui soutiennent les décisions des candidates de venir à Nairobi. Ainsi, en ce qui concerne les questions de genre, nous progressons sur de nombreux fronts.

En tant qu'ancienne militante de la société civile, comment voyez-vous le rôle des femmes dans le développement de l'Afrique ?

Comme je l'ai déjà mentionné, les femmes ont un rôle important, voire indispensable, à jouer dans le développement des pays. Lorsque les femmes sont absentes à la table des négociations, vous avez des mentalités bien ancrées. Mais lorsque les femmes sont présentes, les chances de parvenir à un accord sont élevées. Et n'oublions pas le rôle des femmes dans l'agenda multilatéral mondial.

Le Secrétaire-Général [António Guterres] a fait remarquer, lors du lancement du livre "She Stands for Peace" en février dernier, que la défense des femmes qui œuvrent à la consolidation de la paix, en particulier en Afrique, a contribué à créer l'élan qui a abouti, il y a 20 ans, à la résolution 1325 du Conseil de sécurité sur les femmes, la paix et la sécurité (FPS).

C'était la première fois que les femmes étaient reconnues non seulement comme des victimes de la guerre, mais aussi comme des personnes ayant un pouvoir et une expertise qui pouvaient aider à trouver des solutions pacifiques aux conflits. Depuis lors, neuf autres résolutions du Conseil de sécurité sur les femmes, la paix et la sécurité ont été adoptées, en plus de plusieurs instruments de l'Union Africaine. L'inégalité entre les sexes est, comme nous le savons, une question de pouvoir.

Il est très important que davantage de femmes occupent des postes à responsabilité, dans les secteurs public et privé, afin de débloquer les dividendes socio-économiques et de paix dormante qui feront progresser le développement de l'Afrique.

L'ONU soutient la campagne de l'Union africaine "Faire taire les armes à feu d'ici 2020". Compte tenu de votre expérience dans un pays sortant d'un conflit, pourquoi pensez-vous que les armes doivent rester silencieuses en Afrique ?

Il ne peut y avoir de développement sans paix et sans sécurité, c'est pourquoi l'UA a lancé l'initiative "Faire taire les armes à feu d'ici 2020". Pour être juste, des progrès considérables ont été réalisés pour faire taire les armes dans de nombreuses régions d'Afrique, mais en même temps nous avons pu constater à quel point la tâche est difficile car nous avons encore de nombreux conflits insolubles.

L'ONU soutient l'initiative de l'UA. Des efforts conjoints sont actuellement déployés par l'ONU et l'architecture africaine de paix et de sécurité de l'UA pour renforcer les capacités de prévention des conflits des États membres.

Pour faire taire complètement les armes, il faudra s'attaquer aux causes profondes des conflits et celles-ci comprennent des questions telles que la prolifération illicite des armes sur le continent, l'impact du changement climatique, la gestion inéquitable des ressources naturelles des pays, les inégalités socio-économiques et d'autres questions de gouvernance telles que l'exclusion des femmes et des jeunes dans le processus électoral.

Quel rôle les jeunes peuvent-ils jouer dans la paix et le développement de l'Afrique ?

Je me ferai l'écho de ce que le Secrétaire-Général a dit l'année dernière au Sommet de l'UA, à savoir que la jeunesse africaine doit être engagée et responsabilisée car elle est un agent de changement. Nous ne pouvons pas parvenir à un développement durable sans le partenariat et la participation des jeunes. Je crois fermement que les jeunes ont un rôle important à jouer dans la réalisation de la paix, de la sécurité, de la stabilité et de la bonne gouvernance en Afrique. Nous avons besoin de leurs idées et de leur énergie. Nous avons vu ce que les jeunes peuvent faire, par exemple, en utilisant la technologie pour résoudre les problèmes. Leur capacité à se mobiliser en utilisant la technologie, à sensibiliser la population à des questions sociales importantes, est incroyable.

De nombreux États africains sont à faible revenu et fragiles, et la paix et la sécurité sont constamment menacées, notamment sous la forme de conflits ethniques. Nous devons donc également réaliser que de nombreux groupes qui souhaitent fomenter des troubles dans les pays commencent par enrôler des jeunes. Les pays et les institutions axées sur le développement, telles que la Banque africaine de développement et la Banque mondiale, doivent donc investir dans la jeunesse en termes d'éducation de qualité et d'acquisition de compétences.

Nous devons reconnaître la nécessité de créer un environnement économique favorable, notamment en offrant des possibilités d'emploi et des services tels que l'énergie, les soins de santé, des infrastructures de transport modernes dont les jeunes ont besoin pour s'épanouir. Il est louable que l'UA ait fait taire l'initiative sur les armes à feu en mettant l'accent sur la jeunesse. J'ai confiance dans le potentiel de la jeunesse africaine pour changer le discours sur le développement du continent.

Plus de: Africa Renewal

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.