Madagascar: Morondava - Un malfaiteur tire sur un Indien

Un acte criminel perpétré non loin du commissariat de la Sécurité publique de Morondava. Un grossiste français d'origine indienne a reçu une balle d'un scélérat, jeudi peu avant 20 heures, devant son magasin.

Ce commerçant de produits de première nécessité discutait avec son collègue, ce soir-là, en présence de son agent de sécurité, un employé et une dizaine de dockers. Ces derniers attendaient leur paie après un déchargement. Tout d'un coup, un inconnu a accouru vers eux. « Il criait : le voilà, le voilà. Puis, il a fait feu sur le père de famille indien, d'une quarantaine d'années. Il l'a raté au premier tir et au second, tout en reculant, il a visé sa cuisse », selon les témoignages glanés par la police.

« Nous nous sommes dépêchés après l'alerte. Une équipe a poursuivi le tireur, accompagné de deux coauteurs qui se sont tous enfuis vers une mangrove. Moi, j'ai évacué le blessé vers l'hôpital. Les médecins ont expliqué après examen de radio qu'il a eu le fémur brisé et que le projectile se trouve toujours à l'intérieur. Pourtant, il a demandé de rentrer chez lui pour être soigné par un guérisseur traditionnel », raconte le chef de la police, le commissaire Edson. La douille de la cartouche percutée était introuvable sur les lieux du crime. La gendarmerie aide la police à prendre en chasse les auteurs.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.