Angola: Le pays réaffirme à l'ONU la lutte contre la traite des êtres humains

New York — Le Gouvernement angolais a réaffirmé jeudi aux Nations Unies, à New York, qu'il poursuivrait ses efforts pour criminaliser la traite des êtres humains sous toutes ses formes, y compris « l'exploitation par le travail » et « l'exploitation sexuelle commerciale » des enfants.

La réaffirmation a été faite par la représentante permanente de l'Angola auprès des Nations Unies, l'ambassadrice Maria de Jesus Ferreira, lors de son discours lors d'un événement virtuel de haut niveau à l'occasion de la Journée mondiale contre la traite des personnes, célébrée le même jour.

Selon la diplomate, l'Angola estime que la meilleure façon de lutter contre ce phénomène est de condamner ces pratiques et d'enquêter, de poursuivre et de sanctionner les trafiquants et les intermédiaires dans le cadre des efforts visant à fournir protection et assistance aux victimes de la traite, dans le plein respect de leurs droits humains fondamentaux.

«La participation du Gouvernement angolais à la lutte contre la traite des êtres humains est devenue plus forte ces dernières années, étant donné que le nombre de cas signalés a augmenté. En Angola, les personnes vulnérables à l'exploitation sexuelle, à l'exploitation du travail des enfants et à l'exploitation pour la vente d'organes humains constituent le profil de la victime de la traite des êtres humains », a-t-elle déclaré.

L'ambassadrice a précisé que la question était traitée comme faisant partie du crime organisé et qu'au cours des deux dernières années, environ 80 cas de traite des êtres humains dans le pays ont fait l'objet d'enquêtes, dont 20 ont déjà été traités par les autorités.

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.