Congo-Brazzaville: Journée de la femme africaine - Rafmed dénonce la disparité du genre dans les médias

Le continent africain célèbre, le 31 juillet de chaque année, la journée internationale de la femme africaine. Quoique peu médiatisée à travers le continent, la célébration de cette année se focalise sur le thème « Unité dans la diversité, lutte contre le racisme et la covid-19 », autonomisation de la femme.

La célébration de cette journée offre l'opportunité au Réseau africain des femmes des médias (Rafmed) de porter sa voix pour défendre les intérêts des femmes africaines en général et celles des medias en particulier. En dépit des avancées réalisées dans l'amélioration des conditions de la femme à travers le continent, le réseau cher à Mme Josette Bulamatadi Kaya dénonce sans ambages les disparités du genre dont sont victimes les femmes des médias. « Consciente que les médias constituent un quatrième pouvoir qui a pour mission d'informer, de former et d'éduquer la population, les femmes des Médias décrient les disparités du genre caractérisées par une sous représentativité des femmes dans les instances de prise de décision et la non-prise en compte des besoins fondamentaux de celles-ci » a -t-elle déclaré dans son discours.

Tout en encourageant les femmes à la solidarité, à la collaboration et aux différents médias de soutenir l'émergence et les compétences féminines, la présidente du Rafmed croit fermement que «le développement du continent africain passe par l'accompagnement des femmes africaines, car la femme a une force de vie incroyable et une énergie formidable qu'il faut structurer en vue d'en tirer profit pour le développement du continent».

C'est la raison pour laquelle, Rafmed se donne comme mission principale de défendre et de promouvoir les intérêts professionnels, l'image et la place des femmes des médias et aussi ceux de toutes les autres catégories des femmes dans les médias en RDC et en Afrique. Rafmed s'engage également à lutter contre toute sorte d'injustice, d'inégalités ainsi que l'immoralité sociale faites à l'égard des femmes. Combattre toute forme de discrimination, harcèlement et violences faits à l'égard des femmes

Rafmed salue la bravoure de toutes les femmes africaines qui ont été au front pour militer en vue de l'émancipation et de la participation de la femme africaine dans la gestion de la chose publique. Allusion faite aux icones africaines comme Anne Zinga, reine du Ndongo et du Matamba en Angola au 17e siècle, Kimpa Mvita appelée aussi Jeanne d'Arc du Kongo brûlée vive au 18e siècle à cause de sa foi émancipatrice sur un continent en proie à l'oppression, Taytu Betul, cheffe de guerre et lumière de l'Éthiopie, dont la capitale est Adis-Abeba fondée par cette femme guerrière. Cette impératrice avait joué un rôle fondamental dans la victoire éthiopienne face à l'invasion italienne en 1896.

Pour rappel, la journée internationale de la femme africaine tire son origine de la première conférence des femmes africaines tenue le 31 juillet 1962 à Dar-es- Salam en Tanzanie et a été officiellement consacrée à l'occasion du premier congrès de l'organisation panafricaine des femmes qui s'est tenu à Dakar au Sénégal, le 31 juillet 1974.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.