Cameroun: Fonctionnement de la SEMRY - Les voies de la transformation

Le sujet a retenu l'attention au cours d'une rencontre entre les journalistes et la directrice des opérations de la Banque mondiale récemment à Yaoundé

Après une période de répit, la directrice des opérations de la Banque mondiale au Cameroun Elisabeth Huybens a tenu il y a quelques jours sa traditionnelle rencontre avec les journalistes. Au cours de cet échange, il était principalement question des projets que la Banque mondiale accompagne dans la région de l'Extrême-nord, notamment le projet d'urgence de lutte contre les inondations (Pulci). Un projet dont le prochain cap pourrait mener à la transformation de la Société d'expansion et de modernisation de la riziculture de Yagoua:Semry.

Mais il a d'abord été question de faire le bilan des actions menées jusqu'ici pour ce projet de 108 millions de dollars (environ 54 milliards de F). Ainsi, des travaux de réhabilitation de la digue, des périmètres irrigués (6000 hectares à ce jour), ont été réalisés. Du matériel d'urgence a également été acquis au cas où la zone ferait encore face à des fortes pluies. Des infrastructures communautaires de base ont également été financées.

Selon Pierre Boulenger, spécialiste principal eau et assainissement à la Banque mondiale, l'autre objectif serait aussi d'accompagner le gouvernement sur l'amélioration de la filière rizicole et cela passerait par la transformation du mode d'intervention de la Semry. « Le Pulci, dans sa phase actuelle, doit s'achever en mai 2019. On a reçu une requête du gouvernement pour étudier la possibilité de l'aider à valoriser tous les investissements des 12 000 hectares de la zone pour nourrir les populations locales.

Le gouvernement viserait en partie une autosuffisance alimentaire grâce à la culture du riz dans cette zone», poursuit Pierre Boulenger. Pour cela, il faudrait, poursuit l'expert une transformation progressive du mode de fonctionnement de la Semry avec un transfert de responsabilité de la structure vers les riziculteurs. L'on a aussi appris au cours de cette réunion qu'une délégation camerounaise vient de séjourner au Sénégal pour un partage d'expériences notamment avec la Société nationale d'aménagement et d'exploitation des terres du Delta du fleuve Sénégal et des vallées du fleuve Sénégal et de la Falémé. Cette transformation permettrait à coup sûr la création des emplois.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.