Angola: Le Sinprof va à l'encontre des directives du MED

Luanda — Le président du Syndicat national des enseignants (Sinprof), Guilherme Silva, a répudié, samedi, l'arrêté du ministère de l'Éducation (MED), qui oblige les enseignants de l'enseignement général à être présents dans les écoles, à partir de lundi (3).

Cet instrument, rendu public le 28 juillet, oblige les enseignants à se présenter aux écoles pour participer à l'organisation des procès individuels des élèves, des données statistiques et de la force de travail.

Selon l'arrêté, la présence des professionnels vise également à classifier des fichiers, des bibliothèques, des livres et à organiser les salles de classe.

La liste des tâches comprend également l'élaboration d'affiches sur le Covid-19 et la formation, entre autres obligations.

Dans des déclarations à l'ANGOP, Guilherme Silva a dit que "de telles actions ne font pas partie des obligations des enseignants", estimant "irrespectueux" de leur conseiller d'accomplir des tâches en dehors de leur portée professionnelle.

Le dirigeant syndical a souligné comme tâches des enseignants la préparation des cours théoriques et pratiques, des moyens et du matériel pédagogique de soutien, étude en groupe des contenus de la classe et des cours qu'ils enseignent, la collaboration en activité de cursus complémentaire, outre la participation à la rencontre avec les parents.

Guilherme Silva craint que les directeurs d'école ne contraignent les enseignants à faire le nettoyage, le rangement et l'organisation des dossiers, et appelle au respect de la dignité des enseignants.

Le dirigeant syndical a promis de dénoncer toutes les violations possibles de la part des gestionnaires scolaires, en conséquence de cet arrêt du MED.

D'autre part, il s'est dit préoccupé par le fait que les écoles continuent de manquer de conditions de biosécurité et, malgré cela, les enseignants sont exigés de se présenter aux écoles.

"Les enseignants iront dans des écoles sans eau, ni possibilité de désinfection des lieux de travail", a-t-il prévenu.

Le retour des élèves à l'école est soumis au respect des règles de biosécurité et de distanciation physique, de désinfestation et d'aération constante des salles de classe.

Les cours de l'enseignement général, I et II cycles de l'enseignement secondaire et de l'enseignement universitaire ont été suspendus le 25 mars après l'enregistrement du premier cas positif de Covid-19 dans le pays.

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.