Congo-Kinshasa: Kamerhe - Refus de visas à Pierre-Olivier Sur

Le procès en Appel de Vital Kamerhe reprend ce vendredi 7 août. Et, le Bâtonnier Pierre-Olivier Sur, son Avocat français, ne sera visiblement pas de la partie. Sa demande de visas lui a été refusée vendredi dernier par l'ambassade de la République Démocratique du Congo en France. Il l'a annoncé par voie de presse dans une lettre adressée au Directeur de Cabinet du chef de l'Etat à qui il demande de le considérer comme l'un de ses « défenseurs officieux » qui, empêché de plaider, remuera ciel et terre, et l'opinion en particulier, pour le défendre.

Reçu par le chargé d'affaires de l'ambassade de RDC en France, ce dernier l'a signifié que son visa a été refusé, « faute pour moi de pouvoir prouver qu'un accord bilatéral entre nos deux pays m'autoriserait à plaider à Kinshasa... »

Pour le Bâtonnier Pierre-Olivier Sur, «quand on prive un homme du droit de se défendre, ce sont ses accusateurs, ses juges, et leurs chefs qui sont dégradés et même déshonorés. Alors, quoiqu'il arrive désormais, votre procès n'en est plus un. Et peu importe l'arrêt qui sera rendu ».

Soulignons que la demande de liberté provisoire de Vital Kamerhe a été rejetée pour une nouvelle fois, lundi 27 juillet, par la Cour d'Appel de Kinshasa/Gombe siégeant en chambre de conseil. C'est par la suite de la dégradation de son état de santé que ses avocats avaient formulé, pour une prise en charge médicale appropriée, une demande légale de liberté provisoire en faveur de leur client. Les juges n'ont malheureusement pas pu accéder à cette requête.

En attente de son procès en Appel, Vital Kamerhe a reçu ces derniers jours, dans sa cellule de la prison centrale de Makala, quelques responsables politico-religieux notamment, l'Abbé Donatien Nshole, secrétaire général de la CENCO ainsi Néhémie Mwilanya et Norbert Basengezi, deux membres et cadres du Front Commun pour le Congo. Inscrites dans le cadre du réconfort et de la compassion, ces visites suscitent tout de même plusieurs questions dans l'opinion.

Dans le procès dit de 100 jours', le Directeur de Cabinet de Félix Tshisekedi avait écopé de 20 ans des travaux forcés pour détournement des deniers publics dans le programme d'urgence de 100 jours dans son volet infrastructures, plus précisément le projet contrusction des maisons préfabriquées. Il a été condamné avec M. Samih Jammal, Responsable de l'entreprise SAMIBO.

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.