Congo-Kinshasa: 15 août 2020 - La réouverture des frontières coïncide avec la reprise des activités à la DGM

L'état d'urgence sanitaire en RD Congo a vécu. Mais, les effets pervers de la pandémie de coronavirus continuent de se faire sentir. Quasiment toutes les entreprises publiques et privées, toutes les banques, tous les commerces, de même que tous les services publics ont été asphyxiés pendant cette longue période d'inactivité.

Service minimum presque partout. C'est également le cas à la Direction Générale de Migration (DGM). Toutes les frontières fermées, plus aucun vol national ou international, plus aucun trafic fluvial ou maritime pendant plus de quatre mois... , c'est synonyme d'agoniser ce service public et tant d'autres. Et une multitude de Congolais, aussi bien à l'interne qu'à l'étranger, en ont souffert et continuent d'en souffrir.

«Troisièmement, à partir du 15 août 2020, la réouverture des églises et lieux de culte, la reprise des mouvements migratoires interprovinciaux, l'ouverture des ports, aéroports et frontières, ... », avait annoncé le Président de la République, Félix Tshisekedi, dans son intervention télévisée diffusée tard dans la soirée du 21 juillet 2020.

Rouvrir c'est bien, mais subventionner les entreprises et services publics c'est beaucoup mieux. Asphyxiés par la pandémie durant une si longue période, comment pouvaient-ils faire face aux défis sociaux notamment, la paie régulière des salaires, primes et autres avantages de milliers d'employés ? Sous d'autres cieux, comme dans les pays occidentaux, l'Etat injecte des millions d'euros ou de dollars pour faire sortir des entreprises et services de l'état comateux. A titre d'exemple, près de 6 milliards d'euros ont été versés à Air France en vue d'éviter la faillite. Qu'en est-il de Congo Airways sérieusement en difficulté ?

Les frontières nationales, c'est le bouclier d'un Etat. Le Gouvernement de la République est appelé à mettre des moyens conséquents à la disposition des services qui y sont affectés afin que ces frontières ne soient poreuses. Certains ennemis de la RDC ont choisi ces moments difficiles dus à la Covid-19 pour envahir ce vaste pays au cœur de l'Afrique. A ce jour, 7 contingents des armées étrangères occupent le territoire congolais. Quel drame ! La population espère que l'ultimatum de 7 jours que Félix Tshisekedi a donné aux troupes zambiennes pour se retirer de la province du Tanganyika produira ses effets.

«Le Président de la République est informé depuis un certain temps, que l'on assiste à une résurgence du phénomène de multiplication des services étatiques et provinciaux aux différents postes frontaliers du pays. Cette situation qui n'est pas de nature à contribuer à l'assainissement du climat des affaires et à l'accroissement des recettes dont le pays a grandement besoin pour faire face à la crise socio-économique, entraîne de nombreuses conséquences négatives notamment, des tracasseries, prélèvements illicites des taxes et frais administratifs, la criminalisation du commerce frontalier, la recrudescence de la contrebande, etc.» C'est l'un des points de la communication du Président de la République au cours du 42ème Conseil des Ministres, de ce 31 juillet 2020.

De toute urgence, Félix Tshisekedi a dit attendre un rapport circonstancier sur cette question de la multiplication des services aux postes frontaliers. A cet effet, il a instruit le Premier Ministre et les Ministres ayant dans leurs attributions l'Intérieur, le Transport, le Commerce Extérieur et les Finances.

Toujours en rapport avec les dossiers du secteur de migration et de voyage traités lors de la même réunion, la Ministre d'Etat, Ministre des Affaires Etrangères, Marie Ntumba Nzeza, a exposé sur la mesure de levée des restrictions de voyage pour les ressortissants de certains pays. «A la suite des mesures de restriction temporaire de tous les voyageurs non essentiels en provenance des pays tiers vers l'Union Européenne, prises par la Commission Européenne, le Conseil Européen a décidé de la levée progressive de ces mesures notamment, à l'égard des ressortissants de 15 (quinze) pays hors Union Européenne. La République Démocratique du Congo n'est pas concernée par la levée de cette mesure.

Le Conseil Européen a édicté des conditionnalités tenant à l'évolution de la COVID-19 dans les pays des ressortissants bénéficiaires. Après avoir fait observer que la République Démocratique du Congo est mieux lotie en la matière que d'autres pays bénéficiaires, Madame la Ministre d'Etat pense que la réciprocité devrait être appliquée aux ressortissants de l'Union Européenne. Elle a informé le Conseil qu'elle a fait convoquer l'Ambassadeur de l'Union Européenne pour en savoir davantage sur les raisons de l'exclusion de la RDC de la liste de bénéficiaires.

Après débats, le Conseil des Ministres a autorisé Madame la Ministre d'Etat à écouter les explications de l'Ambassadeur, à charge pour elle d'en rendre compte à la prochaine réunion du Conseil pour décision», est-il écrit, noir sur blanc, dans le compte-rendu lu par le Ministre de la Communication et Médias, Jolino Makelele.

Sur un autre registre, il sied de rappeler que le poste frontalier de Lufu (Kongo Central) joue, depuis quelques années, un rôle primordial dans l'approvisionnement de Kinshasa en denrées et produits de première nécessité. Sa réouverture sera pratiquement une bouffée d'oxygène pour la capitale congolaise en cette période post confinement caractérisée par la faim, la pénurie, la pauvreté.

Aussi, l'équipe dirigeante de la DGM que conduit de main de maître le DG Roland Kashwantale doit-elle avoir, comme de coutume, un œil regardant sur ce poste frontalier terrestre séparant la RDC de l'Angola. Certes, avec une superficie de 2.345.409 km2, la RD Congo dispose des frontières pas faciles à contrôler, ni surveiller. Un travail titanesque attend donc la DGM avec cette réouverture prévue pour le 15 août prochain.

Pour accomplir cette tâche ardue, des moyens matériels et financiers conséquents sont requis. L'Etat congolais est appelé à mettre la main dans la poche.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.