Afrique du Nord: Barrage sur le Nil bleu - Début lundi d'un nouveau cycle de négociations

Addis Abeba — L'Ethiopie, le Soudan et l'Egypte reprendront lundi les négociations sur le barrage de la Renaissance sous l'égide de l'Union africaine, a annoncé le ministre soudanais de l'Irrigation et des Ressources hydrauliques Yasser Abbas. Une nouvelle réunion sous l'égide de l'UA consacrée au méga-barrage construit sur le Nil bleu par l'Ethiopie aura lieu le 3 août, a annoncé le ministre soudanais.

La réunion qui doit regrouper sous la présidence sud-africaine des représentants des trois pays sera "consacrée aux questions en suspens", a indiqué Yasser Abbas.

L'Egypte et le Soudan, situés en aval, veulent un accord global sur le barrage - et notamment la manière dont il est géré - mais l'Ethiopie y est réticente. L'Egypte invoque également "un droit historique" sur le fleuve garanti par des traités conclus en 1929 et 1959. Mais l'Ethiopie s'appuie sur un traité signé en 2010 et boycotté par l'Egypte et le Soudan autorisant des projets d'irrigation et de barrages sur le fleuve. Le dernier cycle, accueilli à Pretoria par le président sud-africain Cyril Ramaphosa à la tête de l'UA, a peu abouti, tout comme les cycles précédents.

En conséquence, l'Egypte, l'Ethiopie et le Soudan se sont entendus pour tenir de nouvelles discussions "techniques" sur la mobilisation du barrage en vue d'un "accord global". Le Grand barrage de la Renaissance (Gerd), construit par l'Ethiopie sur le Nil Bleu - qui rejoint au Soudan le Nil Blanc pour former le Nil- est appelé à devenir la plus grande installation hydroélectrique d'Afrique.

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.