Namibie: Coronavirus - Des mesures contradictoires pour sauver le tourisme

La Namibie a le quatrième plus haut taux d'infection quotidien du continent africain. Plus de 2 000 personnes ont été infectées et on compte officiellement 10 morts, quasiment tous concentrés dans les villes portuaires, loin de la capitale Windhoek. Le gouvernement est entre deux eaux : d'un côté, la réouverture du pays aux touristes étrangers à partir de lundi et de l'autre le durcissement des règles du confinement.

Trois semaines après leur réouverture, les écoles primaires vont de nouveau fermer en Namibie. Au moins pour le mois d'août, a affirmé le président Hage Geingob lors d'une allocution télévisée.

Le taux d'infections inquiète en effet les autorités qui ont durci le ton : les rassemblements publics autorisés passent de 250 à 100 personnes maximum à partir de ce week-end. Autre mesure : les bars et restaurants ne servent plus d'alcool aux clients.

Ce n'est pas tant la capitale Windhoek qui fait peur au gouvernement, l'épicentre est sur la côte, plus précisément à Walvis Bay, la grande ville portuaire namibienne qui concentre 90% des cas de coronavirus. L'armée y a même ouvert un hôpital de campagne pour gérer l'afflux de patients.

Malgré cela, le pays ouvre ses frontières. À partir de lundi, les touristes internationaux sont donc les bienvenus dans le pays, sans quatorzaine imposée à leur arrivée. Une décision paradoxale donc, mais prise en partie pour sauver l'industrie du tourisme, au bord de l'effondrement.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.