Cote d'Ivoire: Bars et boîtes de nuit/Covid-19 - Siandou Fofana invite les opérateurs à préserver la survie du secteur

Le ministre ivoirien du Tourisme et des Loisirs a présenté et échangé avec le vice-président de la Banque africaine de développement sur la Stratégie nationale 2018/2025.

Le ministre du Tourisme et des Loisirs a conduit une visite inopinée de night clubs, bars et lounges, dans la nuit du samedi 1er août. Et ce, au lendemain de la décision du Conseil national de sécurité, du 30 juillet, autorisant leur réouverture après plus de quatre mois de fermeture relativement à la survenue de la pandémie à Covid 19.

De Yopougon, Rue princesse, avec les escales de "L'internat night-club" et du "Rex bar", à "La 5e avenue ", en passant par l'espace "Acoustic ", La Sangria ", "Le VIP" et le "George V", dans la commune de Cocody, la délégation ministérielle a pu se rendre compte des aspects positifs et des écueils à rectifier pour une reprise efficiente.

En effet, accompagné du Prefet d'Abidjan, Vincent Toh Bi et des représentants municipaux, cette visite des établissements de loisirs et de divertissement nocturne, visait à constater, in situ, le dispositif des mesures de sécurité sanitaire qui y est déployé.

Notamment la distanciation physique, la mise à disposition de gels hydroalcooliques, la prise de températures des clients et l'ergonomie desdits espaces conformément aux protocoles définis d'un accord concerté au fil des différentes rencontres menées sous la houlette de la tutelle avec le Mouvement des opérateurs économiques de la nuit et des débits de boisson (Mopen-Db).

Lequel Mouvement d'intérêt économique a réitéré sa gratitude au Gouvernement et, spécifiquement, au ministre du Tourisme et des Loisirs pour son implication de tous les instants dans le suivi de ses préoccupations.

Car, il importe de rappeler que depuis la survenue de la pandémie, le ministère du Tourisme et des Loisirs a sondé les préoccupations des opérateurs de tout l'écosystème touristique. En l'occurrence, ceux du divertissement nocturne.

A travers plusieurs séances de travail qui ont permis aux autorités de convenir avec la faîtière de saisir l'enjeu de rouvrir leurs établissements dont le poids économique et social est indéniable.

Avec plus de 10 000 emplois directs dans quelque 2000 établissements dans le Grand Abidjan. Justement, le ministre Siandou Fofana les a invité à "saisir cette opportunité de reprise de leurs activités dans ce contexte difficile avec responsabilité".

Les responsables du Mopen-Db qui avaient, au cours d'une réunion interministérielle qui s'est tenue le 29 juillet au ministère du Tourisme et des Loisirs, avec outre le ministre Siandou Fofana, trois autres de ses collègues, donné des garanties de sécurité sanitaire aux émissaires du Gouvernement.

Un engagement qui a conduit le Conseil national de sécurité, après l'avis des experts, à faire sauter ainsi les derniers verrous pour la reprise de leurs activités. Qui, du reste, contribuent à l'établissement de la destination ivoirienne comme un hub de divertissement sur le continent.

Toute chose qui a trouvé un écho favorable de la part du Gouvernement. Avec cette réouverture des bars , boîtes de nuit et lieux de spectacles. Qui, au dire du président du Mopen-Dp, Serge Bri, a cumulé plusieurs centaines de millions de FCfa de pertes sèches en près de 5 mois d'inactivité.

Quant au préfet d'Abidjan, conformément aux instructions du ministre Siandou Fofana, il a indiqué que le suivi et le contrôle des conditions de travail dans les normes se fera de façon régulière.

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.