Congo-Kinshasa: Le trafic illégal du bois rouge à l'est de la RDC ne cesse pas

C'est la société civile environnementale et agro-rurale qui lance l'alerte. Selon Josué Aruna, le président provincial de cette ONG, des centaines de tonnes de bois rouge sont coupés illégalement dans les forêts de l'est du pays pour être ensuite exportés à partir des pays voisins. Le phénomène a pris des proportions inquiétantes et le ministre de l'environnement demande une enquête.

« Il faut absolument mettre un terme à cette fraude. » Claude Nyamugabo, ministre de l'Environnement, demande au gouverneur du Sud-Kivu de mener une enquête approfondie sur les faits dénoncés.

Pour cette enquête, insiste le ministre, les services techniques provinciaux des frontières, de sécurité et des forêts devront se faire assister par la société civile ainsi que les communautés locales et les peuples autochtones.

Selon le rapport de la société civile environnementale, depuis 2018, les médias alertent sur l'exploitation illégale du bois rouge à l'est de la RDC, et la fraude ne fait que croître.

S'il est vrai que ce bois rouge appelé aussi makula est utilisé localement dans la pharmacopée traditionnelle ou comme colorant, ces essences sont surtout très appréciées sur le marché asiatique pour la fabrication des meubles de luxe.

Et bien qu'interdit pour l'exportation, ce bois sort frauduleusement du territoire congolais sous l'appellation bois rose. Les grumes transitent par trois pays frontaliers : le Burundi, la Tanzanie et la Zambie, avant de prendre la route de l'Asie, explique Josué Aruna, président de la société civile environnementale et agro-rurale.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.