Gabon: Afrobaromètre et les résultats de ses enquêtes

Le réseau panafricain Afrobarometre a animé des débats via visioconférence le 30 juillet 2020. Plusieurs participants ont pris part à ces échanges qui avaient trois centres d'intérêts à l'ordre du jour. Des sujets d'actualité qui pour certains, défraient la chronique.

Il s'agissait du conflit homme/faune, de la dépénalisation de l'homosexualité et les identités au Gabon. Les échanges ont été lancés et animés par le Géographe Christian Wali Wali, le Sociologue Bertrand Dimitri Ndombi Boundzanga, Investigateur adjoint Afrobarometre Gabon et Boris Cabral Wakongo Nzamba ; tous enseignants à l'Université Omar Bongo et membres du Centre d'Etudes et de Recherche en Géosciences Politiques et Prospective (CERGEP).

La crise sanitaire internationale oblige et impose une nouvelle donne. Des rencontres virtuelles. Le réseau panafricain Afrobaromètre s'est plié à cet exercice en échangeant sur « le conflit homme/faune, la dépénalisation de l'homosexualité et les identités au Gabon ». Des échanges enrichissants, des débats animés, c'est Christian Wali Wali, enseignant à l'Université Omar Bongo et membre du Centre d'Etudes et de Recherche en Géosciences Politiques et Prospective (CERGEP), qui dans son propos liminaire, a su planter le décor.

Du conflit homme/faune

On peut retenir que les Gabonais accusent les compagnies forestières et minières d'exacerber le conflit homme/faune. Selon la plus récente enquête d'Afrobarometer et expliqué par le Sociologue Bertrand Dimitri Ndombi Boundzanga "les activités forestières et minières plutôt que la présence des parcs nationaux constitue le facteur principal qui favorise le conflit homme/faune". L'enquête révèle aussi que plus de la moitié des Gabonais n'ont pas entendu parler du conflit homme/faune. Parmi ceux qui ont connaissance de ce conflit, la plupart l'associent à la destruction des plantations par les éléphants.

De la dépénalisation de l'homosexualité

L'on peut retenir à ce sujet que la tolérance sociale des Gabonais exclut l'orientation sexuelle différente, selon l'enquête Afrobarometer. Selon une enquête récente de ce réseau panafricain, les Gabonais acceptent largement les différences d'ethnie, de religion, de nationalité, et d'avis politiques, mais ils restent intolérants envers les personnes homosexuelles. Par des grandes majorités, les Gabonais « aimeraient » ou ne voient pas d'inconvénient d'avoir comme voisins des personnes appartenant à d'autres groupes ethniques ou religieux, des immigrés ou travailleurs étrangers, et des personnes qui supportent d'autres partis politiques. Par contre, les homosexuels sont fortement récusés.

Des identités au Gabon

Les Gabonais, selon les résultats des enquêtes effectuées par le réseau panafricain, revendiquent leur attachement à l'identité nationale mais sont méfiants vis-à-vis des autres. Selon la plus récente enquête d'Afrobarometer, nous édifie Boris Cabral Wakongo Nzamba, "la plupart des Gabonais revendiquent plus ou autant leur identité nationale que leur appartenance ethnique. Cependant, au-delà de cette harmonie, plus de la moitié des sondés affirment tout de même que leur groupe ethnique ou culturel subit des traitements injustes par le gouvernement, et la majorité des Gabonais estiment qu'il y a plus qui les divise que ce qui les unit. Malgré le fait que le Gabon soit un pays qui est constitué par plus de 50 groupes ethniques, les populations vivent en bonne harmonie. Toutefois, le degré d'appartenance à une identité nationale commune est parfois source de débats".

Il faut à des fins utiles rappeler que "Afrobarometer" est un réseau panafricain et non-partisan de recherche par sondage qui produit des données fiables sur les expériences et appréciations des Africains relatifs à la qualité de vie, à la gouvernance, et à la démocratie. Sept rounds d'enquêtes ont été réalisés dans un maximum de 38 pays entre 1999 et 2018. Les enquêtes du Round 8 en 2019/2020 sont prévues pour au moins 35 pays. Afrobarometer réalise des entretiens face-à-face dans la langue du répondant avec des échantillons représentatifs à l'échelle nationale.

Plus de: Gabonews

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.