Cameroun: Modernisation de l'artisanat - Le cadre incitatif en débat

Les propositions devant conduire à la poursuite de la migration des artisans du secteur informel vers le formel font l'objet d'un atelier qui s'est achevé jeudi dernier à Yaoundé.

Conformément à la loi de 2007 régissant l'artisanat au Cameroun, on dénombre environ 90 000 artisans enregistrés auprès des bureaux communaux de l'artisanat (Bca). Un chiffre en-deçà des près de 400 000 estimés par le conseil national des artisans. Une procédure gratuite d'enregistrement, suivie d'une mise en conformité fiscale, sociale, comptable et juridique de l'artisan est pourtant offerte. Un processus de formalisation du secteur informel au secteur formel qui n'a pour le moment pas obtenu l'adhésion des artisans. La méconnaissance des textes régissant l'artisanat par les magistraux municipaux, le défaut de locaux dédiés aux Bca ou encore l'absence d'informations sur les procédures et la fiscalité liées au statut d'artisan ont été diagnostiqués.

L'atelier de deux jours achevé jeudi dernier à Yaoundé ambitionne impulser une nouvelle dynamique dans la marche vers la formalisation dans le secteur règlementaire de l'artisanat. Il est question « de permettre aux artisans et aux entreprises artisanales de pouvoir poursuivre sereinement ce processus », dixit Joseph Tchana, secrétaire général du ministère des Petites et moyennes entreprises, de l'Economie sociale et de l'Artisanat (Minpmeesa) représentant le ministre Achille Bassilekin III. L'objectif ici étant pour l'artisan de satisfaire à la légalité en s'acquittant de ses obligations fiscales, sociales et comptables. Ceci afin de contribuer pleinement au produit intérieur brut du pays et que lui soit ouvert l'accès à la commande publique.

Une contribution qui ne se résume pas à uniquement des devoirs, mais aussi à des droits et avantages pour l'artisan. D'où l'appel formulé par Joseph Tchana à l'ingéniosité et à la collaboration dans les propositions d'actions incitatives. Celles-ci émanent à la fois du Minpmeesa et des administrations partenaires qui ont également planché dans la définition des rôles des parties prenantes et les stratégies d'implémentation des actions qui seront retenues.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.