Togo: Esprit de sacrifice

3 Août 2020

Des dizaines de milliers de bêtes ont été sacrifiées à l'occasion de la Tabaski. Mais les contrôles vétérinaire se comptent sur les doigts d'une main.

Les principes élémentaires d'hygiène se semblent pas être la préoccupation majeure des fidèles.

'À priori, pour abattre un animal on sait là où il faut aller; c'est comme on sait qu'il faut aller à l'hôpital quand on est malade.

Certes, la distance entre l'abattoir et son domicile pose problème; mais, on peut au moins faire appel à un professionnel certifié', indique lundi Pidemnewé Steed Pato, vétérinaire et épidémiologiste.

Les animaux doivent recevoir l'estampille de l'Office national des abattoirs et frigorifiques (ONAF), mais vendredi dernier rares étaient les bêtes à avoir été inspectées.

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.