Afrique: Le représentant permanent de l'Afrique du Sud auprès des Nations unies, l'ambassadeur Jerry Matjila -"Nous sommes ravis du choix des lauréats du prix Mandela 2020"

interview

Le représentant permanent de l'Afrique du Sud auprès des Nations unies, l'ambassadeur Jerry Matjila, s'est entretenu avec Zipporah Musau d'Afrique Renouveau sur un large éventail de questions, notamment les lauréats du prix Nelson Rolihlahla Mandela des Nations Unies, qui est décerné tous les cinq ans ; ce qu'il faut pour faire taire les armes en Afrique et la lutte contre la COVID-19 en Afrique. En voici des extraits :

L'Afrique du Sud est membre de droit du comité de sélection des lauréats du Prix Nelson Rolihlahla Mandela des Nations Unies 2020. Comment le travail des deux lauréats, Mme Marianna Vardinoyannis de Grèce et le Dr Morissanda Kouyate de Guinée, a-t-il rendu hommage à la vie et à l'héritage de Mandela en matière de réconciliation, de transition politique et de transformation sociale ?

Je voudrais tout d'abord remercier le président de l'Assemblée générale des Nations Unies, le professeur Tijjani Muhammad-Bande, pour avoir organisé et préparé avec succès la nomination des deux lauréats du prix Nelson Rolihlahla Mandela 2020 des Nations Unies parmi plus de 300 candidats et nominés. Ce dernier, ainsi que les autres membres du comité de sélection des Nations Unies, ont mené un processus rigoureux et ont proposé les deux noms.

Nous [l'Afrique du Sud] avons observé le processus en tant que membre de droit de ce comité et nous sommes ravis que le jury ait choisi deux personnes - Mme Marianna Vardinoyannis de Grèce et le Dr Morissanda Kouyaté de Guinée - une femme et un homme, soit une représentation égale des deux sexes, de deux continents, et c'est exactement ce que l'idée était, que l'héritage Mandela est applicable dans de nombreuses régions du monde.

Nous sommes ravis de ce choix, car les deux lauréats apportent quelque chose de très unique, si l'on considère les valeurs de Mandela, à savoir l'attention, la compassion et l'aide aux moins fortunés, toujours à l'écoute de ceux qui sont laissés derrière, de ceux qui sont désespérés et de ceux qui sont dans des circonstances plus difficiles que nous.

Regardez le travail de Mme Vardinoyannis, par exemple. Le fait qu'elle a été persécutée sous le régime de l'époque en Grèce, qu'elle se soit exilée à plusieurs reprises avec ses parents, mais qu'elle soit retournée en Grèce et ait dit : "Je sauverai les enfants qui ont besoin de ce type de traitement contre le cancer. J'ai été persécutée, mais je vais suivre l'appel et aider ceux qui en ont désespérément besoin", c'est fantastique !

Alors regardez le Dr Kouyaté de Guinée, un médecin doué et chanceux. Il aurait pu choisir de rester dans la capitale Conakry, vivant une bonne vie dans une belle maison, mais il a choisi d'aller dans les régions éloignées du pays pour aider les personnes les plus défavorisées et les plus vulnérables. Il s'est assuré que grâce à sa formation, il pourrait aider les autres. Les deux lauréats incarnent les valeurs de compassion de Mandela, qui consiste à aider les autres et, ce faisant, à guérir la société et à unifier les gens pour une cause commune.

C'est pourquoi, en Afrique du Sud, nous sommes très heureux que les membres du jury aient choisi ce duo. Ils ne sont pas des chefs d'État, ni des ministres, ni des PDG d'entreprises. Ce sont des gens ordinaires qui, à un moment donné, n'avaient rien d'autre à faire que de savoir comment redonner à la société. Je pense que ces lauréats vivent l'héritage de Nelson Mandela.

L'Afrique du Sud assure la présidence de l'Union Africaine en 2020, une période très cruciale pour l'Afrique. Conformément au thème de l'Union Africaine pour cette année "Faire taire les armes", que reste-t-il à faire pour mettre fin aux conflits sur le continent ?

Il reste quelques défis à relever.

Le premier est de s'assurer que nous organisons des élections crédibles et inclusives sur le continent. Pour ce faire, nous devons établir une liste électorale transparente où les gens peuvent vérifier s'ils sont inscrits sur les listes électorales ou non. Nous devons nettoyer ces listes électorales sur le continent, afin que personne ne puisse dire qu'il n'a pas eu la possibilité de voter.

Nous avons besoin de prévisibilité, afin que les gens sachent qu'il y aura des élections, qu'il y aura un changement de gouvernement et que les gens auront leur mot à dire dans le processus. Une plus grande ouverture en termes de médias, de droits de l'homme et de droit de chacun à être élu ou à participer aux élections, est fondamentale.

La deuxième est la tolérance - qu'il s'agisse de points de vue différents, d'opposition ou de différences politiques. Nous devons reconnaître que la beauté réside dans la diversité, et que des opinions politiques différentes enrichissent une démocratie.

La troisième est que nous devons travailler dur pour lutter contre la corruption, en nous assurant que nos systèmes de gouvernance fonctionnent et que les ressources et les services vont à ceux qui en ont le plus besoin. Ces services comprennent l'accès à l'éducation et aux soins de santé.

Ce ne sont là que quelques-unes des choses que nous devons faire pour faire taire les armes en Afrique.

Cependant, pour faire taire complètement les armes en Afrique, nous devons nous attaquer aux causes profondes des conflits : la pauvreté, l'inégalité, le sous-développement, l'exclusion et l'injustice. Tant que nous n'aurons pas traité ces questions fondamentales, nous pouvons faire tout le reste, mais ce sera toujours un lit de tension.

Les gens auront faim, seront au chômage et se sentiront désespérés, et ils pourront alors faire beaucoup de choses. Ils peuvent faire des manifestations massives, brûler des bâtiments, se battre entre eux, et nous nous retrouverons alors avec des personnes déplacées à l'intérieur du pays, des migrants et des réfugiés. Cela peut conduire à une agitation sociale et à un cycle de désespoir. L'Afrique doit donc vraiment travailler dur pour s'attaquer aux causes sous-jacentes des conflits, y compris la radicalisation des jeunes.

Pourquoi pensez-vous que les jeunes du continent se radicalisent ?

Eh bien, c'est en partie parce que nous avons une énorme explosion de la jeunesse en Afrique qui n'a pas d'emploi, pas d'école et pas de moyens de subsistance. Ils deviennent donc sensibles à des influences de toutes sortes, tant que quelqu'un met du pain sur la table.

Deuxièmement, il y a l'intolérance. Lorsque vous êtes tolérant, que ce soit en politique, en religion, en culture ou en ethnie, vous enlevez la vapeur de la radicalisation parce que vous prônez l'égalité de toutes les cultures, langues, religions, sexes ou groupes ethniques, afin que personne ne soit exclu. Il n'y a pas de discrimination. Ainsi, vous supprimez la vapeur qui fait dire aux gens "Je n'ai rien à perdre, je vais me battre". Nous devons nous occuper de ces choses très fondamentales.

Regardez l'Afrique du Sud, par exemple, nous avons 11 langues officielles, toutes les religions sont traitées de la même manière, même si nous sommes chrétiens à 79%. Lorsque le Parlement ou les écoles ouvrent, chacun médite dans sa propre religion. Il n'y a aucun groupe ethnique qui soit plus important que l'autre. Nous sommes tous sud-africains. Nous sommes toujours de toutes les couleurs.

Nous devons faire disparaître la colère de nos jeunes, surtout maintenant. Ouvrons l'éducation, le sport et la reconnaissance à tous, pour qu'ils aient un sentiment d'appartenance à une société inclusive.

Le défi pour l'Afrique est de faire tomber ces barrières entre les groupes ethniques, les langues, les religions et les cultures. Si vous y parvenez, nous éliminerons les causes profondes de la colère chez nos jeunes.

Pourtant, de nombreux efforts ont été déployés au fil des ans pour mettre fin aux conflits en Afrique et faire taire les armes. Quels sont, selon vous, les trois principaux résultats obtenus jusqu'à présent ?

La première chose est que nous avons maintenant des élections régulières et un changement pacifique de gouvernement en Afrique. Cette année par exemple, nous avons environ 17 élections ou plus en Afrique, ce qui signifie que près d'un tiers du continent tiendra ses élections.

Deuxièmement, nous avons réduit le nombre de conflits sur le continent. Si vous revenez 10 ans en arrière, le nombre de conflits diminue. Il y a une acceptation progressive en Afrique que les conflits doivent être résolus par des moyens pacifiques.

La troisième est l'inclusion, la reconnaissance croissante du rôle de la société civile, et la participation des femmes aux processus décisionnels en Afrique, que ce soit dans les parlements, les cabinets exécutifs ou les gouvernements locaux, nous voyons de plus en plus de femmes y entrer. Et donc, vous voyez, l'acceptation, la pacification, et les gens deviennent de plus en plus disposés à s'engager pacifiquement.

Nous n'en sommes pas encore là, mais nous sommes sur une très bonne base pour construire l'avenir.

Les infections à la COVID-19 ont augmenté de manière significative dans de nombreux pays d'Afrique au cours des dernières semaines, y compris en Afrique du Sud. Que faut-il faire ?

Les chiffres sont en augmentation. L'Afrique du Sud est responsable d'un grand nombre d'infections sur le continent, même si le taux de guérison s'est aussi largement amélioré, passant de 47 % à 52 %.

Je pense qu'au départ, l'Afrique s'en est très, très bien sortie. Après avoir observé ce qui s'est passé en Chine, en Europe et en Amérique, nous avons commencé à jeter les bases pour contenir les infections et abaisser la courbe dès le début.

Les gouvernements africains ont pris de bonnes mesures pour fermer les frontières et imposer des couvre-feux. Mais je pense que beaucoup de nos concitoyens n'étaient pas assez engagés. Les gouvernements ne peuvent pas tout faire, les gens doivent prendre leurs responsabilités, les gens doivent prendre les choses en main. Qui est le gouvernement ? C'est nous. Je pense que les gens n'ont pas pris cette chose en main.

Deuxièmement, je pense que nous avons pris du retard dans la production et la distribution des EPI [équipements de protection individuelle]. Nous avons également tardé à rendre obligatoire le port du masque facial à tout moment dans les espaces ouverts, les supermarchés, etc. Nous avons également pris du temps pour fermer certaines activités comme les sports et les lieux où les gens se rassemblent comme durant des funérailles ou des mariages. Nous avons peut-être pensé que le virus était trop loin.

Au moment où la plupart des pays ont mis en place un système de traçage des contacts, il était trop tard. Nous aurions dû le faire avant. Surtout parce que certaines personnes étaient asymptomatiques, donc elles se déplaçaient en pensant qu'elles n'avaient pas le virus et infectaient d'autres personnes.

Cependant, je pense que nous pouvons continuer à plaider auprès de nos concitoyens en faveur de la distanciation sociale et du port de masques faciaux.

Les gouvernements en ont-ils assez fait pour éduquer et communiquer avec le public ?

Je pense que les gouvernements font des efforts. Ils utilisent tous les outils - la télévision, la radio, la communauté, mais rien ne vaut une personne dans votre rue qui vous dit : "Bonjour, mettez ce masque".

Si les voisins pouvaient dire "mettez ce masque ou ne venez pas chez moi, à mon magasin ou dans mon taxi", nous nous occuperions de cette question. Mais si un ami vous emmène dans sa voiture et que vous n'avez pas encore tous les deux de masque facial, que vous écoutez des représentants du gouvernement parler du virus à la radio dans cette voiture, que vous allez boire, rire et que vous allez chercher un autre ami dans une autre rue, cela ne marchera pas. Même si le gouvernement parle et s'exprime dans différentes langues, tant que les gens ne connaîtront pas leurs responsabilités, nous ne pourrons pas faire face à ce virus.

Nous devons atteindre le niveau où nous pouvons dire "sacrifions maintenant pour pouvoir vivre demain".

Que devraient faire les gouvernements ?

Les gouvernements peuvent appliquer des directives et contrôler les rues, mais les gens diront alors "Non, c'est ma liberté". Et les gouvernements répondent avec tous les moyens dont ils disposent.

Prenons des gens ordinaires - voisins, amis, mères, pères, cousins - pour compléter les efforts des gouvernements. Prenons sur nous en Afrique et complétons les efforts des gouvernements. Nous devrions nous demander ce que je peux faire pour aider le gouvernement à faire face à la COVID-19.

A La Une: Afrique

Plus de: Africa Renewal

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.