Mali: Le Mouvement pour le salut de l'Azawad appelle à la retenue

Le Mouvement du 5 juin entame la deuxième phase de la désobéissance civile afin d'obtenir la démission du président malien. Le Mouvement pour le salut de l'Azawad demande aux protagonistes de faire des concessions.

Les consultations se poursuivent en vue de former le gouvernement d'union nationale. Pour l'heure, les leaders du Mouvement du 5 juin refusent d'en faire partie

Conformément aux recommandations du dernier sommet des chefs d'Etat de la Cédéao, le Conseil supérieur de la magistrature du Mali a désigné vendredi dernier trois nouveaux juges pour siéger à la Cour constitutionnelle et a fait des propositions pour la nomination des six autres.

Après une trêve d'une dizaine de jours, le Mouvement du 5 juin entame pourtant ce lundi (03.08.2020) la deuxième phase de la désobéissance civile afin d'obtenir la démission du président Ibrahim Boubacar Keïta.

Les deux parties (pouvoir et opposition) doivent accepter de faire des concessions, affirme pour sa part Mohamed Ag Albachar, chargé de communication du Mouvement pour le salut de l'Azawad (MSA) membre de la Plateforme des mouvements du 14 juin 2014 qui a signé, en 2015, l'Accord d'Alger. Il est interrogé par Eric Topona.

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.