Tunisie: "La question de l'immigration irrégulière est une affaire Tuniso-Tunisienne et certains tentent par tous les moyens de mettre en échec l'expérience tunisienne" (Said)

Kaïs Saïed, nouveau président tunisien

Tunis — « Il est temps de se pencher aujourd'hui sur les vraies raisons qui poussent des jeunes et des moins jeunes à partir moyennant les embarcations de la mort » a souligné le président de la république Kais Said, dans son allocution prononcée dimanche lors de sa visite aux deux villes côtières Sfax et Mahdia.

le chef de l'état a ajouté que la question de l'immigration irrégulière est essentiellement Tuniso-Tunisienne.

« Il faut bien reconnaitre qu'en Tunisie nous n'avons pas réussi à résoudre les problèmes économiques et de développement »a-t-il dit, rappelant que la grande vague migratoire a eu lieu après le 14 janvier 2011. En quelques jours, plus de 25000 personnes ont émigré en Italie.

« Cette vague s'explique également par des raisons politiques. Derrière cette grande déferlante, des réseaux de passeurs et des acteurs politiques tiraient les ficelles. Les enjeux étaient clairs : démontrer l'échec du processus démocratique et l'inanité des élections qui n'ont pu atteindre leurs objectifs, poussant alors les Tunisiens à partir vers d'autres cieux, même illégalement » a-t-il indiqué.

Le chef d'état a affirmé qu'aujourd'hui des projets sont fins prêts mais n'ont pu voir le jour pour des raisons de lenteurs ou de blocage, outre le problème du chômage endémique en Tunisie.

Dans ce cadre il a rappelé que plusieurs projets sont en cours de réalisation citant à ce titre, la ville médicale Aghlabide de Kairouan, le TGV qui reliera le pays de part en part, de Bizerte à Ben Guerdane, ainsi que le projet des marchés de production des fruits et légumes situé au Centre du territoire, précisément dans le gouvernorat de Sidi Bouzid.

Il est clair que certains tentent par tous les moyens de mettre en échec l'expérience tunisienne. Oui, il est vrai que les monstres terrestres sont plus féroces que les dangereux requins.

Et d'ajouter : "Il est clair que certains tentent par tous les moyens de mettre en échec l'expérience tunisienne. Ceux qui ont pris pour habitude de simuler les crises, pour donner l'impression de réussir leur gestion. Ces mêmes crises qu'ils ont inventées de toutes pièces"..

« Je suis venu aujourd'hui pour prouver que l'Etat tunisien est présent et nous ne sommes pas dupes » a-t-il dit, relevant que les slogans scandés par certains qui ont atteint la côte italienne ne laissent aucun doute sur leurs motivations et basses manœuvres pour déstabiliser le pays, et noyauter les institutions de l'Etat » .

Said a souligné que l'État tunisien est une République indivisible : "Il n'y a pas de multitude d'États, il n'y en a qu'un seul et un seul président qui porte l'entière responsabilité devant Dieu, devant le peuple et face à l'histoire. Responsable pour préserver la souveraineté de l'État tunisien, pour répondre aux attentes des Tunisiens et pour réaliser les objectifs de développement et de bien-être".

Plus de: Tunis Afrique Presse

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.