Angola: Le pays respecte l'accord signé avec le FMI

Luanda — Avec une économie fortement affectée par la crise économique de 2014, qui a généré des déséquilibres macroéconomiques et une pénurie de revenus, l'Angola a demandé au FMI, le 1er août 2018, de relancer les discussions pour concrétiser le programme d'assistance technique.

La demande formulée dans le cadre de l'Accord élargi du Programme élargi de financement (FFF) a abouti à l'approbation le 7 décembre 2018 par le FMI, d'un financement d'un montant de 3,7 milliards de dollars avec un taux d'intérêt de 3% par an.

L'accord sert à soutenir le programme de réforme économique du pays, notamment en restaurant la viabilité extérieure et budgétaire, en plus de jeter les bases d'une diversification économique durable menée par le secteur privé.

Il s'agissait de la deuxième demande d'aide financière de l'Angola au FMI, après la crise des «subprimes» déclenchée en 2008 aux États-Unis, qui a également affecté l'économie angolaise, l'État a été obligé à prêter au fonds 1, 4 milliards de dollars pour régler les problèmes de balance des paiements à court terme.

Avec l'approbation du nouveau paquet, il y a eu un décaissement immédiat de 990,7 millions de dollars, tandis que les autres tranches seraient mises à disposition grâce à une évaluation périodique par les experts du FMI du respect des programmes par l'Angola.

Le deuxième était de 248 millions, mis à disposition en 2019, le troisième, de 700 millions, devait être décaissé en juillet dernier (2020), mais le restait pour la seconde moitié du mois d'août, pour aider à la stabilisation macroéconomique et aux ajustements structurels.

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.