Madagascar: Transport - De nouvelles formes de concurrence

La concurrence s'intensifie dans certaines filières. La plupart des petites et moyennes entreprises - formelles ou informelles - qui ont survécu, sont aujourd'hui menacées de fermeture.

Malgré leurs avantages, les opérateurs qui travaillent dans les secteurs « essentiels » ne sont pas épargnés à cause des effets de substitution. C'est le cas des transporteurs de marchandises qui ont du mal à supporter la concurrence des transporteurs de personnes qui se sont convertis.

« Beaucoup de catégories de personnes ont bénéficié du soutien de l'Etat, depuis le mois de mars. Même les vendeurs de rue et les prostitués ont reçu des aides. Nous, transporteurs de la zone nationale, sommes oubliés, comme si nous n'avions pas de famille à nourrir ; comme si nous n'avions pas de charges à payer. Certains de nos véhicules sont gagés, les charges fiscales nous inquiètent également. Nous n'avons d'autres choix que de trouver d'autres sources de revenus », a indiqué un propriétaire de véhicule de transport.

En effet, ce comportement est devenu une tendance très mal appréciée par les camionneurs qui ont désormais moins de part de marché. Récemment, les taxis d'Antananarivo ont manifesté contre une nouvelle concurrence: les taxis-moto.

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.