Cameroun: S.M. Essombey «Il est souhaitable d'associer les populations dans certaines prises de décisions »

Le président de l'association des chefs traditionnel Sawa du Wouri a exprimé sa vision d'une meilleure collaboration entre l'état et les chefs traditionnels ce weekend end à Douala, capitale économique du Cameroun, lors d'un séminaire qui regroupait l'ensemble des chefs traditionnels du Wouri

Depuis quelques temps l'opinion publique camerounaise a du mal à trouver le juste milieu entre l'autorité traditionnelle et l'autorité administrative.

De plus en plus ces deux entités se chevauchent et se marchent même sur les pieds selon les circonstances.

Pour voir plus clair sur les termes de ces rapports, les chefs traditionnels Sawa du Wouri se sont réunis autour d'un séminaire auquel ils ont convié les autorités administratives que sont les maires des communes, le maire de la ville et le préfet du Wouri.

Au cours de son allocution, Sa Majesté Essombey le président de l'association des chefs traditionnels Sawa du Wouri a estimé que les chefs n'étaient souvent concertés qu'en derniers recours lors de la prise e certaines décisions importantes. On ne pensent à eux qu'à l'approche des échéances électorales, pourtant ils sont les dignes représentants de population riveraine et pour ce faire devraient être présents au moment même ou ces décisions sont pensées. « Nous voulons aller au fond des textes, nous pensons avoir un rôle à jouer, maintenant nous voulons voir ce que les textes ont prévu car si les textes ont prévu plus que ce que nous pensions ; nous allons demander un certains réajustement car Il est aujourd'hui évident que lorsqu'un projet est engagé dans une certaine zone , que les populations concernées soient associées, que nous discutions ensemble déjà lors de l'élaboration des projets et qu'ensemble nous trouvions des points d'entente et ainsi mieux élaborer ces projets ». dira-t-il.

Roger Mbassa Ndine, le maire de la ville qui participait à ce séminaire n'est pas resté insensible aux doléances des chefs traditionnels. Mieux, il a ouvert la porte à l'exploration de nouvelles pistes de collaboration pour une gestion optimale des choses de la cité. Il dira à ce propos : « pour nous, il n'y a pas de mise à l'écart des chefs traditionnels au contraire nous souhaitons bâtir avec ces chefferies un partenariat nouveau ».

Tout de même, Le maire de la ville a tenu à rappeler aux chefs traditionnels présents à ce séminaire qu'il y a plusieurs autres domaines sur lesquels les chefs devraient s'impliquer pour une meilleure gestion de la cité. Il s'agit ici de l'hygiène et la salubrité, l'entretien des drains et même la sécurité.

Toujours est-il qu'à l'approche des élections régionales qui viendront terminer le processus de décentralisation, il est clair que les chefs traditionnels gagneront certainement en notoriété et ne manqueront plus d'occasion de faire entendre leurs voix

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.