Cameroun: Kribi - Le meurtre de Lydienne Solange Taba reconstitué à huis clos

Cet exercice a été effectué à la résidence du sous-préfet jeudi dernier, avant l'arrivée à Kribi hier du papa de Lydienne Solange Taba, en provenance du Congo, rapporte le quotidien Le Jour ce mardi.

Parti de Pointe noire au Congo natal, Patrice Mboma, le géniteur de Lydienne Solange Taba est arrivé à Douala, capitale économique du Cameroun, dimanche dernier avant de continuer son chemin pour le village Elogbatindi, dans l'arrondissement de la Lokoundje, département de l'Océan afin de prendre des nouvelles sur les circonstances du décès de sa fille de 23 ans survenu il y a une semaine.

"D'après des proches, Patrice Mboma accompagné de son épouse et quelques autres membres de la grande famille est allé à la rencontre du préfet de l'Océan. D'après quelques indiscrétions, la question de la remise de la dépouille à la famille pour inhumation a été abordée pendant les discussions", renseigne le quotidien Le Jour

Le journal de Haman Mana renseigne que "l'enquête ouverte à la gendarmerie a connu un nouveau chapitre jeudi dernier, celui de la reconstitution des faits de la mort de Lydienne Taba dans le domicile du sous-préfet de Lokoundjé à Kribi."

"La reconstitution des faits sous bonne surveillance policière s'est déroulée loin des caméras et regards des journalistes maintenus à distance. Rien n'a filtré de cette reconstitution qui a duré près de deux heures. Un proche de la victime indique que le chef de famille a rapporté aux siens après cette descente que la thèse selon laquelle le coup de feu serait parti tout seul a été celle mise en avant pendant l'exercice. Après la reconstitution" pouvons nous lire dans les colonnes du journal

Franck Derlin Eyono Ebanga, sous-préfet de Lokoundjé dans la région du Sud, est le principal suspect de la mort par balle de Lydienne Solange Taba dans le domicile de l'administrateur civil samedi 25 juillet dernier.

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.