Cote d'Ivoire: Présidentielle ivoirienne - Un ancien allié de Ouattara se détache

Albert Mabri Toikeusse, président de l'Union pour la démocratie et la paix a été investi dimanche dernier par son parti.

Dimanche dernier, Albert Mabri Toikeusse, ex-ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique (2017 à mai 2020) s'est déclaré candidat à la présidentielle d'octobre prochain. Cet ancien allié d'Alassane Ouattara a déclaré qu'il est désormais dans l'opposition et a affirmé : « Quand on n'est pas au pouvoir, on est dans l'opposition ». Le candidat a été désigné dimanche dernier par l'Union pour la démocratie et la paix en Côte d'Ivoire (UDPCI) dont il est président. L'annonce a été faite via un communiqué publié par le bureau politique au terme d'une réunion tenue ce même dimanche. L'UDPCI était jusque-là un parti proche de la majorité présidentielle. Albert Mabri Toikeusse a quitté le gouvernement le 13 mai dernier. Il s'était opposé en mars à la désignation du feu Amadou Gon Coulibaly comme le candidat du Rassemblement des houphouêtistes pour la démocratie et la paix (parti au pouvoir) pour briguer la succession du président sortant. L'UDPCI dont il est le président est le parti de Robert Gueï, le général qui a renversé Henri Konan Bédié du pouvoir en décembre 1999.

Ce revirement en rajoute à la fragilité vécue par la coalition au pouvoir en Côte d'Ivoire ces derniers temps dont la démission du vice-président Daniel Kablan Duncan n'est pas la moindre et reste encore en travers des gorges. Transfuge du Parti démocratique de la Côte d'Ivoire (PDCI), il avait rejoint la coalition avec la fraction qu'il a baptisée PDCI-renaissance. Même si le motif de « convenance personnelle » a été mis en avant pour justifier son « lâchage », ceux qui sont proches de Daniel Kablan Duncan affirment qu'il avait lui aussi mal pris la désignation d'Amadou Gon Coulibaly comme dauphin de Alassane Ouattara.

L'autre candidat déclaré, Henri Konan Bédié qui a dirigé le pays de 1993 à 1999, fut un autre allié de la majorité au pouvoir. Il a claqué la porte pour devenir le principal opposant du régime en place. A la base du désaccord, des clauses politiques non respectées.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.