Sénégal: Diourbel - Lotissement des villages de Mbakhane et Dankhe Secco, les populations disent niet

Le collectif qui regroupe des populations de Mbakhane, de Ndiouffene et Dankhe Secco a rencontré hier, lundi 3 août, la presse pour avertir les autorités sur le manque de concertation noté dans le projet de lotissement de la commune de Diourbel au niveau de leurs terres de cultures. Ces populations ont décidé de mettre le prix de leur vie pour s'opposer à un tel projet.

Le collectif des populations de Mbakhane, de Ndiouffene et Dankhe Secco a organisé hier, lundi 3 août un point de presse pour avertir l'opinion nationale et internationale sur leur non adhésion à leur projet de lotissement.

Modou Sène, le porte-parole du collectif des populations de Mbakhane, de Ndiouffene et Dankhe Secco a déclaré : «nous sommes surpris par des bornes qui sont installées jusque sous nos lits. Nous jugeons ce lotissement frauduleux car, il n'y a pas eu de concertation dans ce projet. Cela peut entrainer un drame.

Quiconque qui hasarderait à détruire nos champs de culture pour les besoins d'un lotissement frauduleux passera sur nos cadavres», a-t-il lancé.

Et d'ajouter «les populations sont fatiguées et elles n'ont que leurs terres pour vivre». Et Djiby Ndiaye, un autre habitant village de Mbakhane de renchérir, «nous en avons marre avec de la chasse des membres de la commission de distribution de leurs terres de cultures.

Nous observons chaque fois, des véhicules qui traversent nos cultures pour mettre des bornes. Nous sommes très fatigués de cette affaire.

A chaque fois, nous les chassons. Mais, nous en avons marre. Quiconque qui débarquerait ici pour procéder au lotissement de nos terres, nous le transformerons en cadavre».

Le collectif des populations de Mbakhane, de Ndiouffene et Dankhe Secco a même interpelé le chef de l'état sur cet état de fait. Pour rappel, les villages de Mbakhane, de Ndiouffene et Dankhe Secco qui gardent leur ruralité, ont été rattachés à la commune de Diourbel.

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.