Sénégal: Alioune Badara Niang, membre fondateur du PDS est décédé lundi

4 Août 2020

Le Parti démocratique sénégalais (Pds) a perdu un de ses membres fondateurs. Alioune Badara Niang a été rappelé à Dieu hier matin à l'hôpital Principal de Dakar. Pour son ami Moustapha Dièye et son fils, Condetto Niang, l'homme s'est battu pour que le Pds accède au pouvoir.

D'après Moustapha Dièye, ancien ambassadeur itinérant sous le Président Abdoulaye Wade et propriétaire du magazine panafricain « Afrique Démocratie », Alioune Badara Niang, rappelé à Dieu hier, à l'hôpital Principal, à l'âge de 87 ans, était un monument, un homme d'une dimension exceptionnelle.

M. Dièye rappelle qu'il avait insisté pour qu'Alioune Badara Niang écrive ses mémoires. Une idée que le défunt avait rejetée sous prétexte qu'il ne le ferait pas tant qu'Abdoulaye Wade est vivant.

« C'était un compagnon fidèle de Abdoulaye Wade, un des premiers membres fondateurs du parti. Il s'est battu, je peux même dire qu'il s'est sacrifié pour que le Pds arrive au pouvoir ».

Alioune Badara Niang, explique toujours son ami, a été fidèle à Me Wade jusqu'à sa mort. Après s'être donné corps et âme pour que ce dernier accède au pouvoir, en 2000, l'expert-comptable de formation et ingénieur-conseil qu'il était a préféré évoluer dans le secteur privé, plus précisément aux Assurances générales du Sénégal (Ags), l'ancêtre d'Amsa Assurance dont il fut Président du Conseil d'administration.

Plus tard, sur insistance de Moustapha Dièye, il a été le président du mouvement citoyen dénommé Cellule de veille sur les acquis démocratiques en Afrique (Cevada).

Cette structure était dotée d'un comité scientifique composé, entre autres, du général Lamine Cissé, du Pr Mamadou Diouf, de l'ancien recteur de l'Université Cheikh Anta Diop (Ucad) de Dakar Kader Boye et l'ancien ministre de la Culture du Mali Aminata Traoré. Ils se réunissaient régulièrement pour « veiller sur les acquis démocratiques en Afrique ».

« C'est lui qui pilotait tout cela avec beaucoup d'abnégation », précise Monsieur Dièye. Ceci lui fait dire que « c'est un grand Monsieur, très digne », car l'ayant « l'a côtoyé pendant 20 ans ».

Pour Ibrahima Condetto Niang, fils du défunt et ancien Pca de la Lonase, « servir le Président Wade était son seul sacerdoce et son idéal. L'idéal de sa vie, c'était de voir un jour Abdoulaye Wade Président de la République du Sénégal ».

Son père, dit-il, « s'y est attelé toute sa vie, depuis la création du Pds jusqu'à son accession au pouvoir, en 2000. Il s'est ensuite retiré pour aller dans le secteur privé ». À l'en croire, Alioune Badara Niang n'a occupé aucun poste au sein de l'État, mais il a été l'unique inspecteur général du Pds.

Invité de l'émission Grand Jury de la radio privée Rfm à se prononcer, à l'époque, sur la succession du Président Wade par son fils, Karim, il avait ainsi laissé entendre : « Je ne suis pas contre la succession de père en fils.

Il y a des enfants qui ont remplacé leurs pères dans d'autres pays. Mais, est-ce que ces pays sont comme le Sénégal ? Non, je ne le pense pas ».

Poursuivant, il avait indiqué que « le Sénégal est un pays où la démocratie, avec Blaise Diagne, Lamine Guèye, Galandou Diouf, s'est perpétuée de génération en génération.

Donc, Abdoulaye Wade ne fera jamais moins que ces gens-là. Parce qu'il est aussi démocrate sinon plus démocrate que certains d'entre eux ».

Alioune Badara Niang précisait, à cet effet, que l'ex-Chef de l'État était « profondément républicain ». « Abdoulaye Wade choisira celui qu'il soutiendra au parti ; le parti choisira et le peuple sénégalais choisira le successeur d'Abdoulaye Wade ».

À son avis, « il faut d'abord consolider le Pds pour qu'il soit le socle, la base et que tout le monde vienne s'entourer autour du parti pour aller de l'avant ».

Le préalable, expliquait-il, c'est d'abord de créer un grand parti présidentiel avant même de parler d'une alliance électorale. Il réagissait à propos de l'Alliance Sopi pour demain annoncée, à l'époque, par Me Wade.

La levée du corps est prévue mercredi à 10 heures à la morgue de l'hôpital Principal, suivi de l'enterrement le même jour à Bargny.

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.